Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Indémodable !

Madame Solange dirige depuis 45 ans l’Étrier. Un café où le temps semble s’être arrêté et où toutes les générations se rencontrent.

Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Quel est le point commun entre Tsilla Chelton (Tatie Danielle), Marc Lavoine, Michou et Line Renaud ? Tous ont déjà rencontré l’emblématique Madame Solange. À presque 93 ans, la chaleureuse patronne du café l’Étrier est une figure du Vieux-Lille. Elle y a ouvert son café en 1973. Ce jeudi midi, l’élégante petite dame au regard bleu juvénile s’installe sur l’une des antiques banquettes rouges, une coupe de champagne à la main. Peu loquace lorsqu’il s’agit de parler d’elle, Solange Verhaeghe évoque à peine ses jeunes années. « Je vis dans ce quartier depuis l’âge de 8 ans. J’habitais rue des Poissonceaux avec mes parents épiciers. J’ai toujours baigné dans le commerce », explique-t-elle en pointant du doigt ces rues qu’elle a tant connues.

L’inusable Solange, ce sont ses amis qui en parlent le mieux. Parmi eux, Christian, 72 ans, ex-antiquaire passé derrière le comptoir depuis une dizaine d’années. « C’est un bistrot de copains. Le vendredi soir, les amis viennent et mettent de la musique ancienne. Les jeunes adorent ! », raconte t-il. L’Étrier est le seul café de Lille où l’on ne sert pas de café mais où l’on se sent comme chez grand-mère. Dans le bar à la façade vétuste, on vient pour l’ambiance hors du temps et « la clientèle d’habitués aux personnalités atypiques, genre Cour des Miracles » raconte Johan, un client fidèle.

L’Étrier, c’est « quelque part entre le Montmartre des années 70, le monde des Bisounours et un film d’Audiard » résume Léa, autre cliente. « Solange est très émouvante, prévenante, et on sent qu’elle a mis tout ce qu’elle aime dans la déco » ajoute-t-elle. Franchir la porte d’entrée comme l’a souvent fait  un certain Jean-Claude Casadesus, c’est entrer dans un univers rétro et familier. Un carrelage en damier noir et blanc, une tapisserie désuète et assumée comme telle, un réfrigérateur et des tables en bois, des objets-souvenirs... « Lorsque j’ai repris l’Étrier, il n’y avait rien ! J’ai tout aménagé. Il a fallu retapisser, refaire les banquettes et j’ai même fait appel au parqueteur de l’Opéra de Lille. », se souvient Madame Solange.

Entre ses murs, elle chérit les cadeaux de ses amis, ses nombreuses plantes et les dédicaces de Michou, un peu partout. « Je l’ai rencontré à Cannes où j’allais souvent. C’est un bon ami auquel j’ai rendu visite à Montmartre il y a encore un mois ». Lorsqu’on lui demande si parfois la nostalgie la gagne, sa réponse est un non catégorique. Pour Solange, il y a un temps pour tout et chaque époque a son charme. La dame aux lunettes noires, qui a passé bien des nuits blanches à festoyer et siroter son champagne en bonne compagnie, n’a pourtant « jamais pensé à vendre l’Étrier ». Il est ouvert les lundis, jeudis, vendredis et samedis à partir de 18h. Solange reste en selle pour le plaisir de toutes les générations.

L’Étrier : 40, rue des Bouchers, Lille.



Lire aussi

visite couplée_20-01-2018
Visite artconnexion + Espace Le CarréCulture

artconnexion et l’Espace Le Carré vous proposent de participer à une visite commentée des expositions Poussières de Bertille Bak et Give me a plac...

Ajouter à mes favoris Voir
Esquisse de la rénovation de la chaussée de la rue Basse
Reprise des travaux de la rue BasseTravaux / Projets urbains

Les travaux de la rue Basse redémarrent côté rue des Chats Bossus, puis fin janvier à l'angle des rues Esquermoises et Thiers.

Ajouter à mes favoris Voir
« Connaître et valoriser son patrimoine »Travaux / Projets urbains

Les premières visites d’immeubles situés dans le site patrimonial remarquable démarrent. Les explications de Catherine Bourlet, architecte des bât...

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer