L'autre Galtier

Rendez-vous à Luchin avec Christophe Galtier, le coach du LOSC depuis trois saisons. Cette fois, il ne sera pas question de parler des résultats de l'équipe, mais de lui et du chemin.

Partager sur :

Google+

Son temps est compté, pourtant Christophe Galtier vous accorde volontiers une mi-temps pour mener à bien l’interview. L’entretien se déroule dans son bureau. Pas de table de réunion mais quelques fauteuils. « C’est plus convivial pour parler aux joueurs et au staff en tête à tête. » Son management est participatif. « L’autorité et l’exigence sont indispensables, mais la force ne marche pas et je n’ai pas été éduqué comme ça. Je ne peux pas obliger les gens à aller là où ils ne veulent pas. À moi de trouver les outils pour les y emmener. »

Retour en arrière. Christophe Galtier est né en 1966 près de Marseille. Il vit à Caillols avec ses parents et ses deux frères. « À l’époque, la rue était un endroit où l’on pouvait laisser jouer ses enfants. J’ai commencé le football sur un parking avant de jouer dans le club du village, mais sans jamais imaginer que j’allais en faire mon métier. »

Si le football ne lui avait pas fait les yeux doux, Christophe Galtier aurait aimé être commissaire de police. À l’ex-brigade des mœurs, « celle qui protégeait les femmes et les enfants ».

À 15 ans, il intègre l’OM. Il se rêve bachelier, mais à l’époque, il faut choisir entre le sport ou les études. S’ensuivent d’autres clubs professionnels, jusqu’au LOSC en 1987. « J’ai réellement vécu la scène du film Bien - venue chez les Ch’tis bien avant sa sortie. J’arrive un 26 juin. Il pleut. La veille, j’étais à la plage ! On m’accueille au stade Grimonprez-Jooris et je ne comprends rien à ce qu’on me dit. Avec mon accent marseillais, l’inverse était vrai aussi ! » Il pleurera deux fois. À son arrivée et en repartant, trois ans plus tard.

Son histoire avec Lille est loin d’être terminée. Elle reprend trente ans plus tard mais cette fois comme entraîneur du LOSC. Il vient de remettre debout le club de Saint-Étienne et ce poste au LOSC, il le voulait. « J’ai eu un coup de cœur pour Lille et la chaleur humaine, la solidarité et la joie de vivre que les gens d’ici vous transmettent. »

L’entraîneur habite de nouveau le Vieux-Lille et retrouve vite ses habitudes. « Le marché place du Concert, le restaurant La Petite Cour et la Citadelle. De nombreux souvenirs me reviennent, même si l’endroit a bien changé. Avant j’y courais, aujourd’hui je m’y promène avec mon épouse. »

Si Christophe Galtier est un homme heureux, il commence à envisager sa vie sans football. À chaque Noël, sa femme rassemble la famille éparpillée dans toute la France. Un moment qu’il attend avec impatience. « J’en ai de plus en plus besoin depuis quelques années, même si je ne le montre pas. »

Il ne s’en plaint pas mais le football remplit sa vie depuis ses 13 ans. Et même s’il a changé de tenue pour endosser celle d’entraîneur, l’investissement reste total. Alors, sera-t-il encore entraîneur à 65 ans ? Il garantit que non. Et à 60 ans ? « Je n’en suis vraiment pas sûr. J’ai encore beau - coup de choses à donner, mais ce sera à mes proches. »

En bref

  • Naissance le 23 août 1966
  • Joueur au LOSC de 1987 à 1990
  • Entraîneur du LOSC depuis 2017
  • Élu meilleur entraîneur français 2019 par l’hebdomadaire France Football
  • Autre passion : le vélo de course

Par Sabine Duez



Lire aussi

Le Play In Challenger à New-YorkSport

Le Tennis Club Lillois Lille Métropole est l’un des plus grands clubs du tennis français avec l’un des plus beaux complexes. Son Challenger (90 00...

Voir
Bruges plus affûté que le LOSCSport

Pour leur second match amical de préparation à la saison 2020-2021, les Dogues se sont rendus chez le champion de Belgique, le Club Bruges. Battus...

Voir
Arrivée de Jonathan David au LOSC
Un Canadien chez les DoguesSport

Le transfert de la pépite canadienne Jonathan David a été enfin officialisé pour le LOSC. C’est le plus gros transfert de l’histoire des Dogues.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer