La Sauvegarde du Nord : maintenir le lien

Témoignage de Frédéric Rouvière, directeur général de l'association.

Crédit photo : La Sauvegarde du Nord

Partager sur :

Google+

Quelles sont les missions de la Sauvegarde du Nord ?

Depuis 1957, la Sauvegarde du Nord travaille autour des besoins liés à l’enfance, et plus particulièrement de l’enfance en difficulté. Mais aujourd’hui, nous avons élargi notre action et nous nous adressons plus largement à des personnes et à des groupes en situation de vulnérabilité économique et/ou sociale. Nos 1 500 professionnels interviennent ainsi dans les champs du handicap, de l’addictologie, de l’inclusion sociale et de la santé.
Notre mission est d’accompagner et de faire grandir. C’est à dire de permettre aux personnes que nous accompagnons de construire un parcours de vie émancipateur. Cette émancipation passe par la scolarisation, la formation ou l’accès au travail par exemple. Nous sommes aux côtés des personnes les plus fragiles pour les aider à un moment de leur vie où elles en ont besoin.

Qu'est-ce qui a changé pour vous, en cette période de confinement ?

Ce qui a changé, c’est la nature du lien. Certains de nos établissements ont dû fermer pour respecter les consignes sanitaires imposées. Dans ce cas, les enfants sont rentrés dans leurs familles et les visites à domicile ne se font plus. Nous nous adaptons. Les professionnels travaillent depuis leur domicile, au téléphone ou par mail quand c’est possible. Il y a de la créativité dans cet engagement, des exercices sont inventés, des bonnes idées sont échangées. Je salue d’ailleurs cette faculté d’adaptation dont chacun a su faire preuve.
Mais notre souci premier a été de préserver, autant que possible, la continuité du parcours de soin. L’accueil ne s’est pas arrêté partout, nous avons toujours des structures d’hébergement où les enfants, les familles sont confinées. Nous avons mis en place des protocoles pour permettre à chacun de continuer son travail et son quotidien dans le plus grand respect des règles sanitaires. 
Nos professionnels, comme tous ceux du médico-social, sont aussi en première ligne. Et pour les personnes que nous accompagnons, la période actuelle est une source de grande fragilité car elle isole et enferme. Il nous faut continuer à garder un lien, à délivrer du soin. 
Nous continuons, bien sûr, d'accompagner aussi les gens du voyage et les Roms migrants. La distribution alimentaire se poursuit directement dans les camps, mais aussi l'accompagnement scolaire et l'information sur l'accès au droit. 
Parce que la lutte contre l’injustice et les inégalités ne s’est pas arrêtée à cause du coronavirus.

De quoi avez-vous le plus besoin ?

Aujourd’hui, nous avons principalement besoin de matériel d’hygiène, comme beaucoup d’autres structures. Nous attendons des livraisons de masques (nous en avons déjà reçus, mais pas assez) ainsi que du gel, pour pouvoir travailler auprès des personnes les plus fragiles mais en préservant la bonne santé de tous.
Enfin, nous avons besoin, pour aujourd’hui comme pour demain, que la solidarité devienne une valeur majeure de notre société. Prêter attention à l’autre et être aux côtés des personnes les plus vulnérables est pour nous une mission qui doit perdurer malgré tout.

Travaillez-vous avec d'autres associations ?

Oui, nous avons besoin de soutien pour les personnes sans-abri, c’est pour cela que nous nous sommes associés à 13 autres associations, sous l’égide de la CMAO/Samu social 59, pour mettre en place « Les Repas solidaires* ». C'est une campagne de financement participatif de l’aide alimentaire distribuée lors des maraudes auxquelles nous participons.

* "Les Repas Solidaires"
Avec ses partenaires associatifs, le CMAU/Samu Social 59 organise une levée de fonds pour les personnes sans domicile de la métropole lilloise. L'argent récolté servira à acheter de la nourriture. 
Plateforme : MyMoneyHelp "Les Repas Solidaires".
10 euros = 1 journée de repas pour 1 personne
70 euros = 1 semaine de repas.
"Les Repas Solidaires" réunissent de nombreux partenaires qui fédèrent leur action : CMAO/Samu Social de Lille, collectif CASA (Humanit'Aide, Human Appeals, L'Ile de la Solidarité, Le Message), Les Restos du Cœur, L'Ordre de Malte, Action Froid, Secours Populaire, La Sauvegarde du Nord, AIDA (Emmaüs), Eole, Accueil Frédéric Ozanam, AFR (Accueil Fraternel Roubaisien), la Ville de Lille.



Lire aussi

Solidarité numérique Solidarité

Les distributions de matériel numérique se poursuivent grâce à l'appel à solidarité d'Emmaüs Connect et de la Ville de Lille. 

Voir
Un soutien aux associationsSolidarité

Pour soutenir les associations fragilisées par la crise, le conseil municipal qui s'est réuni le 12 juin, a voté la création d'un fonds exceptionn...

Voir
Fortes chaleurs : les gestes à tout âgeSanté

Pour vous accompagner au mieux lors des fortes chaleurs, la Ville met en place des actions concrètes : points d’eau potable et brumisateurs en lib...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer