Lille, une destinée olympique

Le saviez-vous ? Lille est la ville la plus médaillée en France dans l'histoire des Jeux. Elle a même représenté la France pour l’accueil des Jeux de 2004… remportée par Athènes. Retour sur quelques athlètes lillois médaillés.

Charles Pacôme, la lutte tout en musique

Partager sur :

Google+

L’histoire de Lille avec les Jeux olympiques a commencé dès 1900, à Paris.

Paris en 1900

Pour cette deuxième édition des JO de l’ère moderne, il n’y a pas encore d’équipe nationale. Quatre équipes de club représentent la France en water-polo, dont trois sont lilloises : les Libellules de Paris, les Tritons Lillois et deux équipes des Pupilles de Neptune de Lille. Le 12 août en demi-finale, l’équipe 2 des Pupilles affronte les Anglais de l’Osborne swimming club. Ils sont défaits sur un score sans appel de 10-1. Médaillés de bronze, les Lillois reçoivent un accueil triomphal à leur retour. Ils traversent la ville sur un char, entourés par le conseil municipal. La fête se termine par une démonstration de water-polo dans la Deûle. 
En natation dans le relais 5 x 200 m, les Tritons et les Pupilles ramènent deux autres médailles d’argent et de bronze. Lille fut ainsi la seule ville française dans l’histoire à avoir remporté trois médailles olympiques, le principe d’une équipe nationale s’étant très vite imposé.

Charles Pacôme, la lutte tout en musique

Le Graal olympique est atteint pour la première fois par un Lillois en 1924 aux Jeux de Paris. Le Lillois Pierre Coquelin de Lisle devient quant à lui champion olympique… en tir. Il réussit un véritable exploit au tir couché à la carabine 60 coups, en battant le record du monde.

Nouvelle médaille d’or en 1932 avec Charles Pacôme. Quand il revient des Jeux de Los Angeles, il est accueilli en mairie par Roger Salengro. Le maire lui rend hommage en ces termes : « c’est pour les enfants de nos écoles un bel exemple de persévérance. » Et en effet, tout avait mal débuté pour le champion lillois. Lors de son voyage transatlantique de seize jours pour l’Amérique, il souffre d’un anthrax au cou et se blesse au genou. Mais cette force de la nature récupère pour s’imposer en finale de lutte libre (poids léger). 

Grimonprez, avant le football, le hockey 

Un autre Lillois devenu célèbre grâce au foot s’illustra pourtant en hockey sur gazon, sport où les Lillois brillent encore aujourd’hui. Félix Grimonprez participe avec les Tricolores aux JO de 1928 puis à ceux de 1936 (Berlin) où ils finissent à la quatrième place. Félix Grimonprez est mort au front en 1940 lors du siège de Calais mais a laissé son nom au stade du LOSC, accolé à celui du président de l’Olympique lillois et de la Ligue du Nord de football : Henri Jooris.

Lors de ces mêmes jeux de Berlin en 1936, Georges Maton a ramené une nouvelle médaille de bronze en tandem sur piste avec Pierre Georget, battant facilement les Italiens dans la petite finale. Les olympiades passent…

Didier Flamant en fleuret

Didier Flament participe à ses premiers Jeux olympiques à Montréal en 1976. Il est sélectionné comme cinquième homme ce qui lui offre la possibilité de participer au seul tournoi par équipe. La France y remporta une médaille de bronze face aux Russes. Puis, il devient champion du monde en individuel à Hambourg en 1978. À Moscou en 1980, il est Champion olympique par équipes.

Sylvie Becaert en biathlon

Il faut attendre les Jeux d’hiver de Turin (2006) et de Vancouver (2010) pour voir Sylvie Becaert remporter la médaille de bronze et d’argent au relais 4 x 6 km de biathlon. Une belle revanche pour cette sportive du plat pays qui, après avoir intégré la section de ski de haut niveau du lycée d’Albertville, avait dû stopper sa carrière pour combattre une affection musculaire, le syndrome des loges. 

Mehdi Baala sur 1500 m

Le 17 août 2008, il se qualifie pour la finale du 1 500 mètres aux Jeux de Pékin. Le 19 août, il termine 4e de la finale remportée par Rachid Ramzi. Ce dernier étant testé positif à un contrôle antidopage du CIO (annoncé le 29 avril 2009), le Français récupère donc la médaille de bronze de façon rétroactive à la suite de sa disqualification.

Souhad Ghazouani en haltérophilie handisport

Avec un  titre de vice-championne olympique à Rio 2016, la Lilloise repartit avec une quatrième médaille dans sa catégorie des -73 kg. Elle a gagné le titre olympique à Londres en 2012, l’argent en 2004 et le bronze en 2008. Ce beau palmarès vient s’ajouter à un titre de championne du monde, cinq titres de championne d'Europe et quatre records mondiaux.

Mais, l’histoire lilloise aux Jeux ne s’arrête pas là ! Avec le label, « Terre de Jeux 2024 » attribué par le comité d'organisation de Paris 2024, une nouvelle histoire débute…

Sources : " Jeux en Nord-Pas-de-Calais " de Jean-Pierre Guilbert - Édition Les Lumières de Lille



Lire aussi

Stade Grimonprez-Jooris
Quand le LOSC jouait à Grimonprez-JoorisSport

Le stade Grimonprez-Jooris, l’ancienne enceinte du LOSC détruite en 2011, portait les noms de deux personnalités emblématiques du sport lillois :...

Voir
Lille Métropole basket -  © photo : Christophe Delrue
Pour le LMB, rendez-vous en septembreSport

Le championnat de Pro B où évolue de Lille Métropole Basket n’est pas annulé pour cause de COVID 19. La solution proposée est une reprise en septe...

Voir
photo de Marc Vanceunebroeck
Clap de fin pour le football et le water-poloDéconfinement

Après le Lille Métropole Basket qui a vu son championnat reporté à septembre, les clubs de football lillois et le LUC Métropole Water-Polo ont app...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer