Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Wazemmes en photos et sans clichés

Tombée sous le charme de Lille pendant ses études, Fanny Bénéteau alimente le compte Wazemmes la vie depuis 2014 : sans chercher à en donner une image surannée, elle partage sur Instagram des bribes du quartier qui l’a adoptée.

Fanny a posé à l’intérieur du Yatou, situé rue des Sarrazins. Photo Daniel Rapaich, Ville de Lille
Fanny a posé à l’intérieur du Yatou, rue des Sarrazins. Photo Daniel Rapaich, Ville de Lille
Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Le luxe de voyager sans quitter Lille 

Fanny le concède : à Wazemmes, il lui manque parfois le soleil de son Bordeaux natal mais qu’importe, puisqu’il y a le Cirque (son repaire) et le Serpent (LE repère) ! « J’ai la bougeotte, je pars en vadrouille toutes les six semaines en moyenne », nous explique la trentenaire devant un café… au Stout, bien sûr.

C’est pourtant à Lille qu’elle a (re)posé ses valises et son nain de jardin - elle y tient beaucoup - au retour d’un périple en Asie et en Australie, il y a cinq ans. Auparavant, étudiante à l’IAE, elle avait vécu dans le Vieux-Lille mais elle lui a préféré Wazemmes quand il a fallu rentrer. « Ici, je savais que je voyagerais en regardant à la fenêtre et en me baladant. Ce quartier est un très bon remède au blues du back-pack », confie celle qui imaginait que son retour dans l’Hexagone serait bien plus difficile à surmonter. Les étals du marché « définitivement l’emblème de Wazemmes », les saveurs exotiques des restaurants et des boutiques alentour, ce sont ce brassage et cette authenticité qui lui ont plu et l’ont fait rester.

Wazemmes, ça se vit à plusieurs

Fanny n’est pas d’un genre solitaire : elle évoque avec un large sourire son cocon, la petite famille d’expatriés qu’elle s’est constituée… tous gravitent tous autour de la place de la Solidarité. Lillois d’adoption, ce sont des amis de longue date, avec lesquels elle a étudié ou qu’elle a rencontrés dans le cadre du travail : « On se déplace en ban, c’en est parfois flippant ». L’été, ils s’attablent en terrasse autour d’une bière, l’hiver, ils se retrouvent à l’intérieur : une chose est sûre, « Wazemmes, ça se vit à plusieurs »… à l'Ockaz de préférence.

 C’est peut-être pour cela que Fanny, qui observait les passants depuis la fenêtre de la rue des Postes (« mon premier appartement wazemmois, en face de la Boucherie quoi-quoi ! »), a eu un jour envie de ne plus garder ses trouvailles pour elle toute seule. Ses captures du quartier, elle les a donc postées au format carré sur un compte Instagram dédié. « Je l’ai appelé Wazemmes la vie, parce que j’adore Plus Belle La Vie… si si, j’assume, je regarde depuis le début ! »

En lançant ce modeste projet dans son coin, dans la même veine que celui consacré au quartier de Belleville à Paris (1), elle voulait s’affranchir des contraintes habituelles de son métier de communicante (2) : pas de carcan donc pas de ligne éditoriale. « J’avais juste envie de me faire plaisir, en partageant des moments de vie ». D’autres habitants se sont emparés du hashtag associé au compte, ce qui lui a permis de fédérer une petite communauté… et de découvrir à son tour comment les Wazemmois percevaient leur quotidien.

Régulièrement, la jeune femme propose des énigmes (reconnaître une rue en partant d’un minuscule détail) ou lance des défis : capturer des montgolfières, par exemple. Et elle, quels Lillois suit-elle ? Elle adore Humans of Lille…  un « super projet » qu’elle a manqué : « j’aurais adoré le lancer mais quelqu’un y a pensé avant moi ! » 

Incollable sur les lieux clefs

Les planches d’autocollants qui compilaient des “bribes de Wazemmes” lui ont valu un article dans la presse locale cet été : inspirée par les réponses de ses abonnés à la question « quel est pour vous le symbole de Wazemmes ? », elle avait créé des pastilles locales sous forme de stickers. Le plus parlant : « déso y’a marché », le plus gourmande « 4F : faluche, falafel, frites, feta ». Un petit succès, qui prouve encore une fois l’attachement des locaux aux lieux incontournables, comme le Cheval Blanc ou le Café Jean.

Au bout du compte, Wazemmes la vie est devenu participatif, et Fanny s’en félicite : la mosaïque Instagram qu’elle enrichit au fil des semaines regorge de figures locales, de recoins familiers, de street art mais aussi de morceaux de fête de la soupe, d’arcs-en-ciel volés et de chaises cassées. Tout n’est pas beau ni parfait : « c’est garanti sans filtres »... mais avec des contrastes : ainsi, tout est vrai.

 Par Aline Chalchat

1 http://wtfbelleville.tumblr.com/

2 Fanny est planneur stratégique dans une agence de communication roubaisienne.

Annuaire Wazemmois

  • Le Stout : rue Gambetta
  • Le Serpent : place de la solidarité
  • La Boucherie Quoi-quoi : rue des Postes
  • Le Cirque : rue des Postes
  • Le Cheval Blanc : rue des Sarrazins
  • Le Café Jean : rue des Postes
  • L'Ockaz : rue Brûle-Maison

 

> Lien vers le compte Instagram Wazemmes la vie.



Lire aussi

TRAVAUX RUE JULES GUESDE
Travaux rue Jules Guesde : acte 1Travaux / Projets urbains

Les travaux de la rue Jules Guesde, entre la rue des Sarrazins et la rue de l’abbé Aerts, ont débuté le 13 novembre.

Ajouter à mes favoris Voir
Inauguration du parc Barbusse
Conseils de quartier : bilan 2014-2016

Vous ne le saviez peut-être pas mais ils l’ont fait pour vous !Espaces verts, voiries, animation, propreté, événement… l’action de vos conseillers...

Ajouter à mes favoris Voir
Une journée dans les halles de WazemmesEconomie

Bâtiment emblématique du quartier, les halles couvertes abritent un marché alimentaire. Vingt six commerçants indépendants font vivre les lieux et...

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer