Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Aujourd'hui, c'est musée !

Environ 1800 enfants sont accueillis chaque année, avec leur classe ou leur accueil de loisirs, au musée de l’Hospice Comtesse. Parcours avec quelques-uns pour l’expo Safet Zec.

Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Du pigment bleu, ocre ou jaune plein les doigts, les enfants ce jour en visite à l’Hospice Comtesse ne boudent pas leur plaisir ! Ils ont pour mission d’expérimenter différentes techniques afin de composer une façade à la manière de Safet Zec. « Cet atelier d’une heure, c’est vraiment la cerise sur le gâteau pour mes élèves qui viennent de s’intéresser à quelques œuvres de l’artiste », s’enthousiasme Sylvie, leur enseignante.

Comme elle, ils vont être une vingtaine de professeurs des écoles à profiter de l’exposition de l’artiste bosniaque, figure centrale du mouvement « réalisme poétique », présentée jusqu’au 15 janvier.

Passerelles entre musée et école

Chaque rendez-vous proposé par le musée Comtesse est l’occasion pour les enseignants d’inviter leurs élèves à parcourir, « pour de vrai », des univers artistiques. « Et de réexploiter les découvertes en classe, en utilisant d’autres techniques, en écrivant un compte-rendu, en partageant des photos », ajoute Sylvie.

Et Annabelle Picard, chargée de l’action éducative au sein du musé de confirmer : « nous concevons nos visites-ateliers de manière à ce que les enseignants puissent faire des passerelles avec l’étude du patrimoine, le vocabulaire de l’architecture, la lecture d’une façade pour les plus petits ou le paysage urbain pour les plus grands ».

Émotions et détails

Avant l’atelier de ce lundi, les bambins de CE1 tentent de percevoir les émotions transmises par le peintre en s’arrêtant devant quelques oeuvres, guidés par Christophe Briatte, chargé lui aussi de l’action éducative. Il explique que l’artiste s’exprime avec beaucoup de pudeur et qu’il utilise beaucoup de petits détails.

D’ailleurs, pourquoi a-t-il peint un buffet avec plein de choses à l’intérieur ? « Pour se rappeler des souvenirs », dit Camille, « ou parce qu’il adore manger », pense son camarade. Un jeu des « Zec erreurs » leur demande maintenant d’observer la reproduction qu’ils ont en main et un tableau. « Il manque une cuillère dans l’assiette », note Pierre et « il y a plus de vin dans la carafe », constate Romane.

Craie, fusain, collage...

Annabelle et Christophe expliquent : « l’idée est de rester accessible aux enfants avec des moyens simples tout en étant au plus proche du message plastique de l’artiste. Pour la visite, nous privilégions le temps de la découverte et de la déambulation tout en racontant des histoires qui concernent l’artiste. Pour l’atelier, nous veillons à ce que nos jeunes visiteurs travaillent la matière avec plaisir et qu’ils puissent s’essayer à la craie grasse, au fusain, au collage… ».

Par Valérie Pfahl

  • 1-une classe à expo Zec
  • 2-une classe à expo Zec
  • 3-une classe à expo Zec
  • 4-une classe à expo Zec
  • 5-une classe à expo Zec
  • 6-une classe à expo Zec
  • 7-une classe à expo Zec
  • 8-une classe à expo Zec
  • 9-une classe à expo Zec
  • 10-une classe à expo Zec
  • 11-une classe à expo Zec

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer