Accompagner les enfants victimes des violences conjugales

L’association SOLFA se préoccupe des effets néfastes des violences conjugales sur les enfants. Et met en place une prise en charge psychologique.

Grâce à divers jeux, dont cette maison et ses personnages, les enfants peuvent se détendre mais aussi raconter des histoires.

Partager sur :

Google+

En 2019, 25 enfants ont trouvé la mort dans un contexte de violences conjugales et 29 ont été témoins scènes de crime, toujours dans ce même contexte.
Ces enfants se retrouvent aussi à entendre des scènes brutales ou même à y assister.  Ils peuvent aussi être eux-mêmes les cibles de coups et/ou de paroles menaçantes ou humiliantes.

Le service Brunehaut Enfant propose des consultations thérapeutiques pour les enfants au sein de l'association SOLFA. Le contexte de  violences conjugales ainsi connu amène les professionnels à une vigilance particulière et un accompagnement spécifique.

Parole, dessin, jeu…

« À la demande d’un parent ou suite au signalement d’un enseignant ou d’un médecin, par exemple, nous recevons l’enfant pour un temps d’échanges par la parole mais aussi par le jeu ou le dessin », explique Claire Martinez, la psychologue des lieux. Et de préciser : « l’enfant n’est pas obligé de venir, il doit en avoir envie, et l’accord des deux parents est indispensable aussi ».

Ces séances, dans un contexte rassurant, permettent aux jeunes victimes d’avoir des moments à elles, loin des problèmes des adultes.  « L’enfant peut déposer son vécu au sein de mon bureau, et il est accompagné pour réinvestir des activités qui lui permettent de retrouver une place d’enfant », remarque Claire Martinez, « et c’est au fil de ces rencontres qui durent entre une demi-heure et une heure que les enfants eux-mêmes amènent des solutions ».

De nombreuses conséquences

Des solutions pour éviter les traumatismes à long terme provoqués par une exposition, directe ou indirecte, aux violences conjugales. Car les violences et l’insécurité qu’elles génèrent, sont  préjudiciables au développement affectif et psychologique de l’enfant et à sa santé. Les conséquences peuvent se manifester par de l’anxiété, des problèmes de concentration, des troubles du sommeil ou de l’alimentation, des retards dans les apprentissages, une conduite agressive, des tendances addictives, entre autres…

« Il est aussi très important de pouvoir dire que la société, par la loi, interdit ces violences », précise la psychologue. Et de s’employer à ce que l’enfant victime ne reproduise pas de telles situations une fois devenu adulte.

Prévenir le sexisme

Brunehaut Enfant a d’ailleurs mis en place un service de prévention des comportements sexistes. « Il est avéré que les violences conjugales et sexuelles sont liées à la persistance, dans nos sociétés, des inégalités entre femmes et hommes », affirme Cindy Vandamme, cheffe de services du Pôle violences faites aux femmes de l’association SOLFA.
Le service de prévention intervient dans les écoles par exemple, pour échanger avec respect sur ces questions d’égalité et remettre en question les  stéréotypes sur le masculin et le féminin.

Par Valérie Pfahl

Brunehaut Enfant, 94 rue de Wazemmes, 0971552312, brunehautenfant@asso-solfa.fr



Lire aussi

Le LOSC, leader de la Ligue 1
Le LOSC, un leader au calendrier difficileJeunes et étudiants

Les Dogues, après leur victoire 2-0 face à Marseille, continuent leur course en tête de la Ligue 1. Mais par rapport au PSG, Lyon ou Monaco, ils o...

Voir
Le LOSC n’est pas resté en radeSport

Après sa défaite face à l’Ajax (1-2, le 18 février) jeudi dernier en Europa League, cette rencontre à Lorient est importante pour les Dogues. La v...

Voir
Aslan Karatsev au Play In Challenger
Le Play In Challenger de tennis à huis closSport

Le Play In Challenger de tennis, organisé par le Tennis Club Lillois Lille Métropole, qui a été annulé deux fois en 2020 par cause de Covid, aura...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer