Aux petits soins pour les berges

Environ quatre kilomètres de berges, le long de la Deûle et des zones humides de la Citadelle, ont été restaurés par des habitants et des associations, en lien avec la Ville. Reprofilage, plantations, aménagements… à quoi ça sert ?

L'un des chantiers pour rendre les berges de la Deûle à la faune et à la flore.

Partager sur :

Google+

C’est comme une reconquête ! Les berges de la Deûle connaissent un équilibre fragile, entre des pentes parfois trop abruptes pour être propices à la biodiversité, ou des promeneurs, des joggeurs ou des chiens qui entraînent, malgré eux, une érosion importante.

La Ville a donc décidé de renaturer ces bords de canal, c’est-à-dire de les remettre à disposition de la faune et de la flore sauvages grâce à des aménagements spécifiques.

Berges en pente douce

Les fossés de la Cunette, par exemple, dans le parc de la Citadelle, ont tout simplement été reprofilés en pente douce. Une opération qui consiste à adoucir les berges pour permettre de transformer des milieux stériles ou dégradés en un environnement favorable à une flore de zone humide. Ce dénivelé plus progressif est favorable à une plus grande diversité d’espèces. En limitant ou en stoppant l’érosion, ce reprofilage contribue également au maintien de la qualité écologique des lieux.

Le long du fossé des Pêcheurs et du Grand Carré, toujours à la Citadelle, le reprofilage a été complété par l’installation de clôtures en bois, végétalisées avec des perches de saules, afin de protéger le rivage. Des entassements de grosses pierres ont été installés en descente pour donner un accès ponctuel à l’eau, témoignant d’un souci de respecter les usages des  pêcheurs, des toutous et des badauds. De manière générale, les opérations menées à bien prennent aussi en compte les activités liées à cette voie fluviale, dont le transport des marchandises.

Des bénévoles engagés

Autres aménagements menés à bien à différents points de la Deûle : la plantation de saules, la création de tourbière où l’humidité constante permet une végétation continue, la mise en place de mares, la construction de plateformes pour les foulques, petits échassiers, ou l’aménagement d’emplacements pour la nidification d’une autre espèce d’oiseaux, celle des martins pêcheurs.
Les différents chantiers mobilisent en moyenne une quinzaine de bénévoles, encadrés par des partenaires associatifs et l’écologue de la Ville. Les plus conséquents ont rassemblé jusqu’à 80 volontaires (*).

Du cresson et des grenouilles

Résultat : ce sont 20% des 20 km de berges qui ont pu être renaturés. Sur les fossés de la Cunette, par exemple, orties et chardons ont laissé place à un cortège diversifié de plantes de zones humides dont certaines, « pionnières » qui avaient disparu de Lille, à l’image du scirpe des marais ou du cresson à petites feuilles.

Dans les zones désormais protégées, les usagers ne nuisent plus à la venue et à l’installation des grenouilles vertes. Une vingtaine de foulques nichent dans les parages tout comme des couples de martins pêcheurs.
Les poissons frayent dans les racines des saules des vanniers et les abeilles sabulicoles (qui creusent leurs galeries dans les sols) ont trouvé les conditions nécessaires à leur accueil.

Par Valérie Pfahl

(*) Des groupes constitués (écoles, entreprises) comme des individuels ont participé à ces opérations, dont la communication est relayée par les partenaires et la newsletter nature de la Ville.



Lire aussi

Venez planter un arbre près de chez vous !Nature/Environnement

Les habitants, mais aussi les groupes scolaires et les associations de la ville de Lille sont invités à participer à une plantation d’arbres les 4...

Voir
Réduction des déchets : apprenez à réparer !

Dans le cadre de la Semaine européenne de réduction des déchets, apprenez à réparer vos objets du quotidien pour prolonger leur durée de vie !

Voir
Takk vous dit merci Nature/Environnement

Takk, nouveau lieu de vie de quartier, a ouvert à Vauban Esquermes. Le samedi 11 décembre, un marché de Noël spécial "upcycling lillois" s'y tiend...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer