Déconstruction de la barre Marcel Bertrand

Construite en 1961, la barre Marcel Bertrand située du 56 au 76 bd de Strasbourg à Lille-Moulins est en cours de déconstruction.

Partager sur :

Google+

De nombreux anciens locataires LMH sont venus assister le 10 septembre au lancement de la déconstruction de la « BMB », encore appelée « la barre colorée ». Le long du périphérique, l’immeuble situé boulevard de Strasbourg est imposant avec ses 194 logements répartis en 11 entrées sur 8 étages.

Construite en 1961 à la place de baraquements de l’après-guerre, la barre Marcel Bertrand apporte à l’époque tout le confort à ses occupants avec comme spécificité la taille des appartements. 73% sont de grandes typologies (type 4, type 5 et type 6).

Parmi les habitants présents, Françoise est venue accompagnée de sa fille Nathalie. Téléphone en main, cette dernière immortalise le moment. « J’ai emménagé ici en 1974 et j’y ai élevé mes quatre enfants. On a eu de bons moments, l’ambiance était familiale», se souvient Françoise. « Après, ce n’était plus pareil. Quand il a fallu quitter l’immeuble, j’ai choisi d’être relogée à Lille-Moulins, rue de Trévise, j’y ai mes habitudes. » L’émotion est palpable, même si les bonnes conditions de vie n’étaient plus ici réunies. « Ça fait un pincement au cœur de voir l’immeuble où j’ai tant de souvenirs disparaître », continue Françoise.

Le toit en béton armé résiste un peu aux assauts de la grue avant de céder. Le chantier de déconstruction va durer trois mois et demi, jusqu’en décembre. Pas d’implosion, ni de boule de démolition. « La technique du « grignotage », par petits morceaux a été préférée.

« Cette technique est plus adaptée. L’immeuble est au cœur d’une zone urbaine mais aussi, elle permet un meilleur recyclage des matériaux », explique Martine Aubry, présente à l’occasion de cette spectaculaire opération.  « On a choisi de peu déconstruire dans la ville, continue le Maire, parce que de nombreuses personnes recherchent un logement. Mais ici, il le fallait. Les logements étaient dégradés, avec un coût de l’énergie très élevé. » 

C’est en 2013 que la décision est prise de déconstruire l’immeuble, considérant son obsolescence et le projet d’aménagement urbain inscrit au programme de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (1ère vague). Il faut d’abord reloger les familles qui y habitent. En 2014, un accompagnement social est mené en partenariat avec la Ville, de nombreux partenaires sociaux et quatorze « habitants relais ». Ils ont joué un rôle important dans la création de liens entre l’office LMH et les habitants qui ont été accompagnés pour trouver la solution de relogement qui leur convenait le mieux. Ainsi, 95% des ménages ont été relogés sur Lille, 37% relogés dans le neuf et 25% en logement individuel.

Dès la déconstruction terminée, le terrain sera reverdi en prairie fleurie en attendant d’autres projets.

Par S.D.



Lire aussi

La cité administrative déménageraAdministration

C’est officiel. La cité administrative va quitter le centre-ville pour rejoindre le boulevard de Strasbourg. Ouverture des nouveaux lieux prévue p...

Voir
Modification du plan de sauvegarde et de mise en valeur du site patrimonial remarquable

Par arrêté en date du 18 septembre 2018 a été prescrite une enquête publique préalable à la modification du plan de sauvegarde et de mise en valeu...

Voir
impasse gutenberg
Ilôt Gutenberg-Poissonnier : une parcelle sans propriétaireTravaux / Projets urbains

La Ville de Lille et la Métropole Européenne de Lille ont acquis la maîtrise foncière quasi-totale de l’ilôt Gutenberg-Poissonnier dans le cadre d...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer