Des planches tactiles pour la serre équatoriale

Les jardiniers des Agrions conçoivent des supports inspirés du toucher et de l’odorat à destination des mal et non-voyants.

Partager sur :

Google+

Les immenses tiges d’un monstre délicieux (arbre d’Amérique du Sud), les nervures marquées des feuilles du papayer, le parfum de l’aloé véra ou encore la découpe ciselée de la fleur d’un oiseau de paradis… Un vendredi après-midi dans la serre équatoriale du jardin des plantes, ces visiteurs touchent avec minutie et captent toutes les senteurs.

Mission du jour : mémoriser avec une grande précision les sensations procurées par les plantes. Une douzaine d’espèces intéressantes esthétiquement mais aussi d’un point de vue botanique sont présentées à Irène, Pierre ou encore Hassan.

Mal ou non voyants, ils vont ensuite participer  à la création de planches reprenant toutes les nuances au toucher, comme la douceur ou la rugosité. Elles seront accompagnées de fiches en braille avec des explications scientifiques sur les plantes.

Des dessins dans un four

« Nous adaptons les dessins de Christelle grâce à un logiciel spécifique qui nous permet d’ajuster les textures, puis nous les imprimons et les passons dans un four pour donner cet effet de relief », explique Hassan, l’un des travailleurs de l’ESAT (établissement et service d’aide par le travail) Renaissance.

Christelle, c’est une passionnée de jardin et d’écologie naturelle qui a créé, avec quatre amis, le jardin des Agrions. Tous les habitants, d’ici ou d’ailleurs, y sont les bienvenus. « Un jour, Irène est venue y faire un tour. Et m’a fait part de sa déception que rien n’ait été mis en place pour les mal et non voyants. Elle a été tellement convaincante que nous avons décidé d’y remédier », se souvient Christelle. Dans la réalisation des dessins préparatoires, elle est accompagnée par Agnès, une autre jardinière bénévole.

Un jardin partagé

Des planches et des fiches ont d’abord été réalisées pour ce jardin installé au bout des Bois-Blancs, près de la Deûle. La qualité du rendu a conduit Séverine Bachelet, la directrice du jardin des plantes, à demander à cette « équipe » des Agrions des planches pour sa serre équatoriale.

Une vingtaine d’autres sont aussi prévues, en 2019, pour le jardin des Bois-Blancs. Ce jardin à l’esprit de partage et d’enthousiasme communicatif a été retenu dans le cadre du budget participatif parmi 271 projets en lice. Une enveloppe financière de 40 000€ lui est consacrée pour développer les ateliers et envisager la création d’un petit verger permacole (qui s’inspire de la tradition et de l’écologie naturelle) en gestion collective…

Par Valérie Pfahl

  • Anaïs Gadeau
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.
  • A.G.


Lire aussi

Concours : le plastique, danger pour les animauxCitoyenneté

À vos idées ! Les impacts du plastique sur les animaux choquent les jeunes du Conseil Municipal d’Enfants. Pour favoriser la prise de conscience,...

Voir
Une association ne doit pas rester dans l'entre-soi !Santé

 Dans la série « Ils ou elles font Lille », Benaissa El Hamdani, président de l’association L’île de la solidarité, raconte comment il a vécu la c...

Voir
Allez à la rencontre de ceux qui vivent dans la rue Jeunes et étudiants

Dans la série "Ils ou elles font Lille", Garance Vallayes, du mouvement citoyen #PourEux raconte comment elle a vécu son confinement en aidant les...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer