Des refuges pour la biodiversité

Les arbres sont indispensables à la biodiversité, accueillant et nourrissant de nombreuses espèces, de ses racines à sa canopée, l'arbre souhaite la bienvenue à quantité de plantes, d'oiseaux, d'insectes, de champignons, de mousses... qu'il protège aussi.

Partager sur :

Google+

De son vivant, un arbre est une niche écologique très riche qui accueille également les écureuils, les petites chenilles de papillons ou encore les chauves-souris. Et même mort, son tronc, laissé sur pied, sert de refuge et de garde-manger à une multitude d’animaux.

Les essences sont choisies de manière à favoriser la biodiversité locale. Et dans les espaces de verdure, les choix doivent aussi tenir compte de l’écosystème. « L’aulne glutineux est l’hôte d’une trentaine de papillons et une grosse ressource de graines pour les passereaux hivernants », raconte Yohan Tison, écologue municipal. Et des illustrations de ce type, le spécialiste n’en manque pas ! Exemple ? Le saule blanc peut nourrir jusqu’à 540 espèces d’insectes de tous ordres. Il fournit des larves pour l’élevage des oisillons de tous les passereaux et du bois tendre pour les pics. Et il attire des espèces d’abeilles rares « endémiques », grâce à son pouvoir mellifère, c’est-à-dire qu’il produit nectar et pollen, de bonne qualité, et accessibles par ces insectes. Quant au chêne pédonculé, il apporte de la nourriture à quelque 520 espèces d’insectes de tous ordres et des larves aux insectivores. Il dispose également de glands pour le geai des chênes, espèce pour le moment sous-représentée à Lille.

En plus de sélectionner des espèces utiles pour nourrir et abriter insectes et oiseaux, la Ville réalise des aménagements dans un souci de biodiversité. Exemple avec le peuplier : planté en nombre, il forme un rideau permettant d’isoler les berges de la Deûle de la pollution lumineuse néfaste pour les animaux nocturnes. « La haie est aussi un milieu vivant qui accueille une grande quantité de plantes et d’animaux, tels que des oiseaux qui viennent y faire leur nid ou des insectes qui viennent butiner ses fleurs », explique Yohan Tison. Champêtre, elle est composée d’essences que l’on trouve naturellement dans la région, comme le charme commun, l’érable champêtre, le fusain d’Europe ou l’aubépine. Ces arbres ne fleurissant pas tous en même temps, les oiseaux et les insectes y trouvent de la nourriture à différentes saisons.

Par Valérie Pfahl



Lire aussi

Objectif : 20 000 arbresNature/Environnement

Lille renforce sa politique de plantation au cours de ce mandat municipal. Quels sont les enjeux de ces plantations ? Éléments de réponse.

Voir
Opération sauvetage d'un renardeauNature/Environnement

C’est une belle histoire comme on aimerait en raconter plus souvent. Des agents de la Ville ont sauvé un renardeau en inspectant une carrière sout...

Voir
L’Opéra de Lille obtient la certification internationale ISO 20121

L’Opéra de Lille vient d’obtenir la certification internationale ISO 20121*, attestant d’un management responsable sur le plan social et environne...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer