Ephatha, modèle de solidarité

Lauréate, comme dix autres associations fivoises du projet « Cité solidarité », Epatha apporte des solutions aux difficultés d'insertion sociale et professionnelle des plus démunis. Rencontre.

Epatha

Partager sur :

Google+

À peine entré dans la petite maison de la rue de Lannoy qui héberge l’association Epatha, Chabane partage ses impressions sur le spectacle vu la veille au théâtre Massenet.
« Nous faisons régulièrement des sorties, dans des lieux culturels ou dans la nature », précise ce Fivois qui « revient de loin ». De loin, c’était les larcins, la rue et d’autres grosses galères encore. « Ephatha m’a permis de reprendre de l’oxygène et de rebondir dans la vie », résume-t-il.

Yves Enaud opine du chef. C’est lui qui a créé l’association en 2008, d’abord sous la forme d’un café solidaire. Aujourd’hui, ce lieu où l’on peut prendre un petit déj’ existe toujours. Mais Ephatha s’est agrandie. On y trouve de la chaleur et de l’écoute mais aussi la possibilité d’être aidé dans ses démarches personnelles. Et Yves de nous montrer la petite salle informatique qui va bénéficier d’une rénovation.

Car Ephatha fait partie des onze associations (*) qui ont reçu, le mois dernier, un bon coup de pouce. Un chèque de 95 600 euros leur a été remis par la fondation d’entreprise « Vinci pour la Cité ». Celle-ci apporte un soutien financier et humain, via un ou plusieurs salariés, à des associations de proximité du quartier.

« COMME UNE GRANDE FAMILLE »

« Ces ordinateurs permettent aux personnes de suivre leurs dossiers à Pôle emploi ou à la CAF ou encore de faire signe à des proches dans leur pays natal », précise Yves. Dans ces locaux, il y a aussi une douche, en dépannage, et une cuisine. « On prépare les repas ensemble, on peut discuter, c’est convivial, un peu comme une grande famille », affirme Michel. Il a poussé la porte d’Ephatha voilà trois ans pour rompre solitude et précarité.

« Ici, nous ne posons pas un regard sur leurs problèmes mais sur leur histoire et leur humanité », ajoute Yves. Cet accueil de jour pour une population en difficulté propose aussi un autre service très prisé : une friperie. Après des travaux entrepris l’année dernière, la petite boutique a fière allure et met en vente des bibelots, de la vaisselle ou encore des vêtements, tous issus de dons. « Nous avons des choses pour tous les goûts et en très bon état », précise Léone, une bénévole qui nous présente quelques jupes pour confirmer ses dires.

Par Valérie Pfahl

(*) Ephatha, association sportive Lille Petit Terrain, Café des enfants « les potes en ciel », L d’illusion, association Animation du Petit Maroc, Intersol, association A-Z, Korzeam, L’écolen et son quartier, les Sapros et Tipinouzôtes. 176, rue de Lannoy, 03 20 19 52 08, ephatha@sfr.fr.

Ouverture de la friperie les mardis, mercredis, jeudis et vendredis de 10h à 12h et de 14h à 18h et le samedi de 14h à 18h. Mêmes jours et heures pour déposer vos dons.



Lire aussi

Avis de recherche : anciens membres du Conseil municipal d’enfants Citoyenneté

Cette année, le Conseil municipal d’enfants fête ses 20 ans ! Cette instance de participation citoyenne a accueilli plus de 3000 enfants lillois d...

Voir
Référendum d'Initiative PartagéeCitoyenneté

Avec le référendum d'initiative partagée (RIP), vous pouvez vous prononcer sur le projet gouvernemental de privatisation des aérodromes de Paris....

Voir
Frigos solidaires, c’est parti !Solidarité

Les frigos solidaires, c’est plus d’entraide et moins de gaspillage près de chez nous.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer