EuraTechnologies, "lieu unique où tout le monde se rencontre"

Raouti Chehih est le directeur d’EuraTechnologies, qui fête ses dix ans cet automne. Bilan et perspectives.

Partager sur :

Google+

EuraTechnologies, qui aide à la création et au développement d’entreprises numériques a dix ans. Quel bilan tirez-vous ?

Il y a le bilan chiffré bien sûr. Euratech, aujourd’hui, c’est le premier incubateur et accélérateur français de startups, créateur de 5500 emplois déjà. Ce sont 300 entreprises, 300 nouveaux projets accompagnés chaque année, un réseau international. Euratech, c’est la première vraie digital city de France, tout un quartier, les Rives de la Haute Deûle, qui se construit autour de Leblan Lafont, un bâtiment emblématique du textile du XIXe siècle, converti en symbole de l’économie numérique du XXIe siècle. Grâce à la vision d’un homme, Pierre de Saintignon, qui avait anticipé avant tout le monde cette société du numérique. Et grâce au soutien de la Ville, de la Région, de la MEL, qui y ont cru malgré le scepticisme général.

Qu’entendez-vous par digital city ?

C’est un endroit unique où tout le monde se rencontre, diplômé ou pas, où chacun vient avec ses compétences, son énergie, ses ambitions variables. Nous développons des actions auprès de publics qui veulent apprivoiser le digital, des demandeurs d’emploi, des seniors ou encore de jeunes enfants (1000 par an). Et nous aidons au développement d’entreprises qui veulent conquérir le monde. Avoir réussi ce grand écart, c’est le vrai bilan d’EuraTechnologies. Même s’il reste encore des progrès à faire.

Pierre de Saintignon disait que ce n’était qu’une « grande machine à café »…

Notre vocation c’est de créer du lien social à usage économique, pour transformer notre territoire. Il y a en permanence des rencontres, fortuites ou organisées, car la coopération est indispensable dans l’économie numérique. Plus encore, nous avons réussi à créer une  identité, un attachement donc à cet écosystème. C’est fondamental, car les entreprises numériques sont par définition mobiles. Pour beaucoup d’entreprises, Euratech est devenue une cause. Elles ont envie de créer des emplois ici et pas ailleurs.

Où en est le projet de campus numérique Wenov, votre nouveau gros bébé ?

Il doit être livré en 2020. C’est la deuxième étape. On a démarré avec l’incubateur et l’accélérateur d’entreprises pour être dans les premiers. Aujourd’hui, avec ce campus de l’innovation et de entrepreneuriat, notre ambition est de former un maximum de gens, dont des ouvriers spécialisés du numérique, qui manquent. Au campus pourront aussi se former des gens qui veulent juste apprendre à maîtriser les usages du numérique. Notre ambition est que plus personne ne pense, quel que soit son âge et son profil, « Euratech, c’est pas pour moi ». On n’y est pas encore.

D’autres projets ?

Bâtir un fonds d’investissement qui va nous permettre de développer des entreprises que nous accompagnons. L’argent gagné sera réinvesti dans l’écosystème d’Euratech.

Propos recueillis par Elodie De Vreyer

> Programme des 10 ans d'EuraTechnologies (26 septembre - 3 octobre)

> En hommage à Pierre de Saintignon, fondateur d'EuraTechnologies, la place Pierre de Saintignon située à l'entrée du pôle d'excellence est inaugurée le mercredi 26 septembre à 18h. (Plus d'infos).



Lire aussi

France vs Russie
France-Russie à Marx DormoySport

La piscine Marx Dormoy sera le théâtre d’une rencontre de Ligue mondiale de water-Polo féminin entre la France et la Russie le mardi 19 novembre à...

Voir
Antoine Garbez
Portrait de commerçants. Antoine et Vincent de procyclette.frCommerces

Antoine Garbez et Vincent Lengagne ont lancé procyclette.fr, une plateforme permettant aux particuliers de trouver des artisans se déplaçant à vél...

Voir
Objectif, un septième titre pour les Lilloises - photo Eric Morelle
Water-polo. En quête d’un septième titre Sport

Le LUC Métropole Water-Polo, six fois champion de France, vise un septième titre. Cette nouvelle saison, marquée par les Jeux olympiques de Tokyo,...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer