Gardiennes de rue

Dessinés par LaDame QUICOLLE, des portraits de femmes occupent l’espace public lillois depuis le 22 novembre.

Deux gardiennes de rues, dessinées par LaDame QUICOLLE, sur la place Vanhoenacker, à Moulins.

Partager sur :

Google+

Elle s’intéresse aux combats des femmes, à travers les siècles, dans l’Art et dans la société d’aujourd’hui. Artiste de street-art, LaDame QUICOLLE a réalisé un premier portrait d’une jeune fille, cible du harcèlement de rue.

Puis elle a fait connaissance avec d’autres femmes, victimes de différents types de violences, au fil de rencontre avec des associations lilloises. « Elles ont bien voulu témoigner et poser pour défendre la femme dans l’espace public, comme des gardiennes qui veillent sur les autres et qui soutiennent les femmes face au harcèlement de rue », explique LaDame QUICOLLE.

Neuf femmes pour le 25 

Depuis le 22 novembre, neuf portraits grandeur nature sont collés sur les murs de neuf lieux lillois, porte de Douai, au Grand Sud ou encore à l’Aéronef, dans le cadre d’un partenariat entre LaDame QUICOLLE et la Ville de Lille, à l’initiative d’une riche programmation autour du 25 novembre, journée de lutte contre les violences faites aux femmes.

« Je prends une ou deux photos, je dessine celle que je retiens, je numérise le dessin puis j’en imprime plusieurs exemplaires », précise l’artiste.
Habituée à créer en noir et blanc, elle a opté pour la couleur qui rend ces « portraits plus vivants, plus beaux aussi ». De cette beauté dont on n’attend pas qu’elle soit esthétique mais plutôt authentique.

Des femmes authentiques

LaDame QUICOLLE insiste sur cette sincérité et cette véracité de la femme, des femmes, qu’elle veut installer dans l’espace public. Elle développe : « dans l’Art où elle est sacralisée ou dans la publicité où elle est présentée comme un objet commercial de séduction, on ne voit pas ou beaucoup trop peu de femmes authentiques ».

Ces femmes de la vraie vie, collées sur les murs de la ville, donnent parfois lieu à des échanges entre passants. Parfois, elles sont arrachées aussi. « Je choisis des lieux de passage mais aussi des rues où il n’y a que des mecs », remarque la dessinatrice.

L’histoire des gardiennes de rue n’en est qu’à ses débuts. LaDame QUICOLLE souhaite poursuivre son exploration en s’appropriant tous les types de féminité. Les faire vivre grâce à ses coups de crayons et continuer à les placarder dans l’espace public…

Par Valérie Pfahl



Lire aussi

Recensement 2022 à LilleAdministration

La campagne du recensement de la population se déroule du jeudi 20 janvier au samedi 26 février 2022.

Voir
Nuits de la lecture Culture

Du 20 au 23 janvier, c'est une nouvelle saison qui commence pour Les Nuits de la lecture. Une 6e édition avec pour thème : « Aimons toujours ! Aim...

Voir
Que faire à Lille ce week-end ? Culture

C’est encore un week-end bien chargé que vous réserve la Ville de Lille ! Retrouvez les pépites sélectionnées pour vous.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer