Histoire de wouf !

Grâce à l'association Paul Corteville, Fabrice a éduqué Panty aujourd'hui chien guide d'aveugle et devenu un compagnon pour Sarah. 

Partager sur :

Google+

Intelligente, affectueuse et obéissante. Panty pourrait se la jouer frimeuse mais pas son genre ! Même si Fabrice et Sarah en parlent avec le même enthousiasme. Fabrice a éduqué cette chienne, entre ses 2 mois et sa première année. « Quand j’ai accompagné une amie, famille d’accueil d’un chien guide d’aveugle, lors de portes ouvertes au centre Paul Corteville, j’ai eu envie de me lancer dans l’aventure », raconte-t-il. Cette association forme et remet gratuitement des toutous aux personnes mal ou non voyantes. « La présence de Panty me permet d’éviter les obstacles lors de mes déplacements, c’est bien de ne plus se prendre les poteaux », dit Sarah en riant.

Le labrador est entré dans la vie de Sarah en juillet 2021. Après avoir déposé un dossier un an plus tôt. Et passé quelques entretiens, avec un formateur en locomotion ou une psychologue, par exemple. Pendant ce temps, Panty était éduquée dans sa famille d’accueil. « Selon un protocole très cadré, nous l’avons sociabilisée, lui avons appris la propreté, l’avons emmenée dans tous les lieux publics tels que transports en commun, cinémas ou encore restaurants, et même au bureau », explique Fabrice. Ensuite, tout chien voué à devenir guide d’aveugle est formé au guidage, durant une année, par des éducateurs spécialisés au Centre Paul Corteville.

« Quand j’ai été appelée pour rencontrer Panty, j’étais surexcitée », se souvient Sarah, non voyante depuis l’âge de 10 ans, atteinte d’une tumeur sur le nerf optique. « J’ai toujours eu envie d’un chien, pas seulement comme guide mais pour sa présence et son affection. » D’ailleurs, la jeune femme précise que leur duo repose sur un « travail d’équipe ». Lors du premier contact, il faut vérifier si « le pas ensemble est bon » et « comment le courant passe entre nous ». Durant une quinzaine de jours, un formateur du Centre Corteville se rend au domicile de la personne mal ou non voyante pour effectuer des trajets habituels et voir comment la relation se met en place.

Au quotidien, un chien guide d’aveugle permet donc d’éviter les obstacles, comme les poubelles ou les voitures mal stationnées, d’avertir en cas de reliefs tels que bordures de trottoir, trous ou escaliers, ou encore d’indiquer les passages piétons, les portes et les sièges. Au total, il connaît une cinquantaine d’ordres. « Aujourd’hui, j’ai rangé ma canne blanche et Panty me donne plus de confiance pour aller dans des endroits où je n’allais pas avant, comme les magasins par exemple », remarque Sarah en caressant la tête de celle qu’elle appelle « boule d’amour ». De son côté, Fabrice a éduqué un autre chien, Relko, désormais en formation au Centre Paul Corteville et vient d’accueillir Sundy. « La séparation avec les chiens est très difficile, bien sûr, mais cette mission est tellement enrichissante, valorisante et utile, conclut-il. 

Par Valérie Pfahl

Paul Corteville fait partie de la cinquantaine d’associations qui composent la commission « Lille ouverte à tous ». Cette instance municipale met en place des groupes de travail pour partager les expériences et faire avancer les choses en matière d’accessibilité.

>En savoir plus sur le Centre Paul Corteville et/ou faire un don, https://www.chien-guide.org/



Lire aussi

Le budget participatif a son jury citoyen !Citoyenneté

Les membres du jury citoyen pour le budget participatif ont été tirés au sort jeudi 9 décembre. Mission : choisir entre 70 et 80 projets parmi plu...

Voir
Un pôle ressources pour faciliter la vie socialeSolidarité

L’association Paroles d’Habitants travaille depuis plusieurs années sur des réponses adaptées aux problématiques des secteurs fragiles du quartier...

Voir
Se défendre même sans kimono !Citoyenneté

L’association Contrepoing enseigne aux femmes des techniques pour prévenir les agressions verbales et physiques et y répondre si besoin.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer