L'engagement au féminin

Elles sont employées, chefs d’entreprise, mères au foyer, artistes… de plus en plus de femmes s’engagent à la gouvernance d’associations. Coup de projecteur sur cet engagement.

Partager sur :

Google+

Ces dernières années, un Français sur quatre s’est s’engagé dans le secteur associatif. Parmi eux, de plus en plus de femmes, jusqu’à atteindre, en 2019 la stricte parité. Concernant le salariat associatif, la proportion de femmes y est particulièrement importante puisqu’elles représentent 70 % des salariés (*).

Avant les années 2000, les chiffres soulignaient le peu d’implication des femmes à la gouvernance associative. Ces dernières décennies, on note que la féminisation des présidences augmente, mais encore à un rythme lent. Une récente enquête révèle qu’en 2005, 31% des postes de président d’association étaient occupés par des femmes. Quelques années plus tard, en 2011, cette proportion a augmenté pour atteindre 34 %. Les derniers relevés indiquent une augmentation de la féminisation des présidences puisqu’actuellement, environ 36 % des associations sont présidées par des femmes.

Cet engagement féminin aux postes à responsabilité se concentre davantage dans les structures associatives dont l’action est tournée vers les populations fragiles comme les secteurs de l’action sociale, la santé, l’action humanitaire et l’éducation.

Le monde évolue, bousculant d’anciens modèles de gouvernance et impacte aussi le monde associatif. Cette féminisation des présidences augmente lentement, mais elle est bien réelle.

L’engagement féminin à la Maison des associations de Lille  

Les chiffres recensés à la Maison des associations de Lille sont plus favorables que ceux au niveau national. En effet, la MDA compte plus de 42% d’associations présidées par des femmes contre 36 % pour la moyenne nationale. L’engagement au féminin y évoluer de manière positive. On note une implication croissante des femmes dans les équipes dirigeantes notamment au poste de présidente. Mais aussi une forte participation dans la création de nouvelles associations. Et si, comme de nombreuses femmes, vous aussi vous décidiez de vous engager ? N’hésitez plus, la MDA est là pour vous accompagner.

(*) Source Insee enquête emploi en continu 2017, traitement Injep-Medes

Paroles de femmes engagées

Barbara Pierrain, présidente et créatrice de l’association Re-Naître depuis 2017

 Son engagement lui vient de l’envie de développer un projet, quelque chose de novateur qui fasse écho à sa vie personnelle. Son association Re-Naître propose aux femmes victimes de violences conjugales de se reconstruire, se redécouvrir, se réapproprier leur corps, redevenir elles-mêmes au travers de temps de relaxation, de bien-être, de renforcement mental et d’échanges.

« Pour s’engager et développer un projet, il est important de faire quelque chose qui nous fasse vibrer et de le faire avec passion. En soit, il n’y a aucun risque à essayer et surtout, il n’y a pas de raison de ne pas y arriver surtout quand cet engagement vient du cœur. Il faut se lever le matin et se lancer ! Il faut que ce soit un projet qui prenne aux tripes », souligne-t-elle.

L’accompagnement joue un rôle important tant pour les activités de l’association que pour sa gouvernance. Barbara rappelle à quel point, il est important de « Savoir s’entourer des bonnes personnes et d’aller chercher de l’aide là où il y en a – les formations de la MDA par exemple -. Quand on est bien accompagné, il n’y a pas de raison que le projet échoue. »

. Contact : assorenaitrehdf.fr / renaitrehdf@gmail.com / Facebook : @assorenaitrehdf

 

Mélanie Mostaert, présidente de l’Association des musiciennes lilloises

Cette Lilloise pratique la guitare depuis plus de dix ans. « Je m’y suis sérieusement intéressée il y a trois ou quatre ans. Je voulais jouer du métal plutôt que du rock. J’ai joué dans des groupes où il y avait 90 % d’hommes. La représentation des femmes est très faible dans ce milieu alors j’ai voulu changer ça. »

En juillet dernier, Mélanie a donc décidé de s’engager et de créer l’Association des musiciennes lilloises. Elle a pour objet d'inciter et d’aider les femmes à s'investir dans des styles musicaux (rock, métal…) et instruments dits « masculins » notamment en dispensant des cours de guitare et de basse.

« Le rôle de président(e) n’est inné pour personne. En tant que femmes nous sommes autant capables que les hommes. Il n’y a pas de raison de ne pas assumer ce rôle. On se forme sur le tas, rien n’est insurmontable. »

S’engager et créer son association permet à la fois de répondre à une situation tout en assurant le développement du projet et la prise de décision. Mélanie prend le temps de développer sa toute jeune association. « Il est important de se donner le temps, avancer pas à pas, étape par étape », conclut-elle.

. Contact : Facebook : @AML59000

 Photo : L'Association des musiciennes lilloises

 

                                                                                                                                                                                                  



Lire aussi

Rencontre avec un Petit bagage d’amourCitoyenneté

Laura Hentati est co-présidente de l’association un Petit bagage d’amour. Une association pour les femmes par des femmes.

Voir
Un droit de pétition locale à LilleCitoyenneté

Les modalités de ce nouvel outil de participation citoyenne ont été adoptées au conseil municipal de ce vendredi 5 février 2021.

Voir
La solidarité à l'heure de la covidSolidarité

Le CCAS de Lille (Centre Communal d'Action Sociale), structure publique gérée par la Ville, vient en aide aux personnes vulnérables. Cet interlocu...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer