Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


La renaissance des plans-reliefs

Témoins de l'évolution historique et urbaine, chefs-d'oeuvre fascinants, les plans-reliefs ont retrouvé leur éclat et leur place au Palais des Beaux-Arts. A découvrir dès le 16 mars.

plans-reliefs
Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Plans-reliefs : réouverture le 16 mars 2019

Durée: 01:58

Pendant près d’un an, ils ont été chouchoutés comme il se doit vu leur caractère mémoriel, leur intérêt esthétique et leur grand âge ! Les 14 plans-reliefs conservés au Palais des Beaux-Arts de Lille ont bénéficié d’une sacrée restauration.

Conçus à partir de 1668 à l’initiative de Louvois, ministre de la Guerre de Louis XIV, ils sont toujours les témoins de notre histoire. Ces maquettes en relief étaient utilisées autrefois pour la stratégie militaire. Elles permettaient de visualiser les aménagements ou les campagnes de guerre grâce à des détails minutieux relevés sur le terrain. C’était une véritable prouesse technique pour représenter fidèlement le monde à l’échelle 1/600e vu du ciel, comme vu d’un drone !

« Aujourd’hui, en France, il en reste près d’une centaine, conservés au musée des plans-reliefs des Invalides à Paris et au Palais des Beaux-Arts de Lille, précise Bruno Girveau, directeur de ce dernier. Pour mener ce projet de restauration, nous avons d’ailleurs travaillé en collaboration étroite avec le musée parisien, propriétaire de cette collection inestimable. »

Un transfert compliqué !

Classés Monuments historiques depuis 1927, les 14 plans représentent 14 villes du nord de l’Europe, six françaises, sept belges et une néerlandaise*.

À partir de 1777, les plans-reliefs avaient été entreposés dans les combles des Invalides à Paris. Autant dire qu’ils n’attiraient pas les foules ! Quand Pierre Mauroy, alors maire de Lille et Premier ministre de François Mitterrand, remarque que sur la centaine de villes représentées, 40 concernent le nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas, il demande le transfert de toute la collection à Lille. Le gouvernement donne son accord, la convention est signée en mars 1986.

Mais, avec les élections législatives, la majorité politique change et le transfert est arrêté. Commence alors « l’affaire des plans-reliefs » ! Elle devient politique. La police de Lille garde les maquettes pour empêcher leur retour à Paris. Des dizaines de milliers de Lillois se mobilisent pour que l’État tienne ses engagements. L’affaire ira même devant les tribunaux ! Un accord est finalement trouvé après quatorze ans. Les plans-reliefs n’ont pas quitté la capitale des Flandres, mis à l’abri au Palais des Beaux-Arts, rénové en 1997 pour les accueillir.

Par Valérie Pfahl

* Avesnes-sur-Helpe, Bergues, Gravelines, Lille, Aire-sur-la-Lys, Calais, Ath, Audenarde, Charleroi, Menin, Namur, Tournai, Ypres, Maastricht

Quelles nouveautés ?

Le projet a permis de restaurer les plans-reliefs en tant qu’oeuvres d’art. C’est l’occasion aussi de les présenter autrement au public, afin qu’ils s’ancrent davantage dans leur époque.

Pour redonner éclat aux œuvres et assurer leur conservation, 15 restauratrices s’y sont penchées durant plus de 3 000 heures ! « Constitués de bois et de carton imprimés ou peints, de poudres de soie ou encore de fils de fer, ils avaient besoin d’un dépoussiérage mais aussi de recollage, de décrassage ou de retouches au pastel », explique Florence Raymond, attachée de conservation, qui a supervisé le chantier.

Le département dans son ensemble a aussi été repensé. La scénographie s’adapte aux visiteurs d’aujourd’hui, avec une galerie d’entrée plus accueillante et une nouvelle mise en lumière qui sublime les plans-reliefs.

Numérique, olfactif, artistique…

Le public peut profiter de nouveaux outils : une galerie pour comprendre la méthode de construction de ces maquettes, un atelier pédagogique dédié aux pratiques artistiques et aux rencontres, un dispositif olfactif, un plan-relief partiellement monté pour observer la méthode d’assemblage des différents éléments…

L’équipe du musée a également souhaité poser un autre regard sur cette collection en proposant 200 cartels, des chiffres clés, des objets, des illustrations et six courtes vidéos réalisées par des enfants… Quant au plan-relief de Lille, il a droit à un petit traitement de faveur ! Désormais installé au cœur de l’espace, il est équipé d’un dispositif numérique innovant. Le visiteur peut y appréhender le plan en 3D, se géolocaliser et naviguer dans l’objet, de près, comme cela n’avait jamais été possible auparavant. 



Lire aussi

L'été des 6/10 ans : visites guidées en famille !Enfance et famille

A l’aide de livrets de visite animés par des médiatrices, petits et grands sont invités à parcourir la ville à la recherche de détails cachés sur...

Ajouter à mes favoris Voir
Maison des 3 grâces - Rue Pierre Mauroy
Lille mon amourTourisme et patrimoine

Profitez de votre pause-déjeuner pour enrichir votre connaissance de la ville ou découvrir un lieu emblématique de Lille que vous n’avez jamais eu...

Ajouter à mes favoris Voir
Exceptionnellement cette année, l'opéra sur écran géant ne sera pas à l'extérieur (comme ici en 2015) mais dans 4 lieux de Lille.
La Flûte enchantée sur grand écranCulture

Rendez-vous le 11 mai à la CCI, au TriPostal, à la maison Folie Wazemmes et à la salle des fêtes de Fives pour la retransmission en direct de La F...

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer