Le collège Makeba et le Concert d’Astrée, un partenariat au beau fixe

Sous les masques, on devine les sourires, le soulagement aussi, d’un retour à une vie presque normale. Lundi 31 mai, des élèves de la section de la Classe à horaires aménagés musique (CHAM) et de la section hip-hop du collège Makeba, accompagnés de danseurs et musiciens du conservatoire de Lille et de solistes du Concert d’Astrée ont présenté Baroque, Hip-hop !.

Partager sur :

Google+

Un projet construit tout au long de l’année mais imaginé au printemps 2020. « Les groupes CHAM – Voix et hip-hop ne se côtoient pas forcément, et on se disait qu'un jour, il faudrait que nous fassions quelque chose ensemble », raconte Camille Tristram, professeure de musique en charge des CHAM – Voix.

Sur les planches de l’auditorium, certains groupes d’ados se frottent au chant baroque quand d’autres s’essayent à des figures de breakdance. Les deux univers semblent incompatibles sur le papier. Pourtant ça fonctionne, grâce à un rythme soutenu, à l’intervention de percussionnistes, à des effets sonores et lumineux.

Ce n’est pas la première fois que les élèves de Makeba s’associent à des professionnels. A vrai dire c’est plutôt une habitude. Le Concert d’Astrée, ensemble instrumental et vocal dédié à la musique baroque et dirigé par Emmanuelle Haïm est en résidence dans l’établissement scolaire depuis 2015, année de son inauguration. C’est là que les artistes répètent, préparent leurs projets. « Ce partenariat nous permet de nous rapprocher d’un nouveau public », explique Fanny Destombes, chargée de communication du « Concert ». D’ailleurs, les artistes mettent régulièrement leur art au service des élèves. « Récemment, ils ont aidé certains d’entre eux à mettre en musique un escape game sur la thématique de l’orientation. »

Il est encore tôt pour savoir si la résidence du Concert a créé des vocations. Mais elle a au moins le mérite de titiller la curiosité des enfants. « La musique baroque subit de nombreux a priori, du genre ‘C’est de la musique de vieux’, ‘C’est moche’, confie Camille Tristram. La résidence change leur regard sur ce style, et ça, c’est énorme. »

Pour Baroque, Hip-hop !, chaque groupe a dû se préparer de son côté, Covid oblige. Les participants n’ont eu le droit qu’à trois temps de répétition en commun. Pourtant l’alchimie était bel et bien là. « Après une année pareille, c’était important pour l’estime de soi qu’ils puissent aboutir sur quelque chose de concret, de festif », rappelle la professeure de musique.

En attendant la rentrée des classes et de nouveaux projets avec les élèves de Makeba, le Concert d’Astrée va poursuivre ses interventions dans les Ehpad, les hôpitaux, les maternités de la région, comme il le fait depuis vingt ans. « Ne pas rester planqué à l’opéra, c’est vraiment notre vocation. »



Lire aussi

Une édition record pour Solid'Art !

190 000€ ont été collectés par le secours populaire pour les enfants qui ne peuvent pas partir en vacances.

Voir
KĀIWÙ, art et design en ChineCulture

L’exposition KĀIWÙ est installée au musée de l’Hospice Comtesse. Elle met en avant le design contemporain chinois.

Voir
L’Opéra de Lille obtient la certification internationale ISO 20121

L’Opéra de Lille vient d’obtenir la certification internationale ISO 20121*, attestant d’un management responsable sur le plan social et environne...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer