Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Les commerçants lillois à l’honneur

Chaque année, la Ville de Lille rend hommage aux commerçants lillois. Le secteur représente à Lille 20 000 emplois. Découvrez en vidéos les quatre
commerçants honorés en 2017.

Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Quelques mois après la présentation d’Up Commerce, ce nouveau plan d’action pour doper le commerce lillois et l’accompagner dans la transition numérique, la Ville de Lille organisait le 9 octobre sa traditionnelle soirée en l’honneur des commerçants.

Albane Haquette, Au Petit Mousse

Onze personnes travaillent dans cette poissonnerie lilloise, la dernière avec celle des halles de Wazemmes toutes proches. Créée à Seclin à la fin de la Seconde guerre mondiale par le grand-père d’Albane Haquette, « Au Petit mousse » s’est installé au bout de la rue Gambetta en 1993. Depuis le début, la poissonnerie a fait le choix d’un commerce « durable» : que du poisson de ligne, pêché sur de petits bateaux, quasi pas d’importation ni d’élevage ni de chalutiers. Albane Haquette travaille avec des pêcheurs de Boulogne,  de Bretagne et de  Normandie.  

«  On a fait dès 1993 le choix de Wazemmes car il existait un micro-secteur très alimentaire. On a une force de groupe : primeur, pâtissier, boucher, fromager, on fait du beau et du bon qu’on ne trouve pas en grande surface. Pour nous adapter, nous avons choisi aussi de développer l’activité traiteur : nous avons deux cuisiniers ».

Au Petit mousse, 396-398 rue Gambetta.

Stéphane Bicocchi, Art to be Gallery

Passionné d’art contemporain comme sa femme et ses trois enfants, ils sont tous les 5 actionnaires de la galerie. Celle-ci a été créée  en 2012,  avec trois axes : art contemporain, street art et art brut.

Art to be Gallery a déjà exposé de grands noms internationaux comme Di Rosa, Ernest Pignon-Ernest, Voss) et des émergents. Parmi les régionaux de l’étape, le lillois Skwak, qui a signé avec la galerie l’hôtel Europa à Saint-Sauveur en 2013 et dessiné les cornets de frites du Mac Do pendant la Coupe du monde de foot en 2014.

«  J’ai la volonté de dynamiser le secteur de la rue Saint-André avec les autres commerçants, que je fais travailler lors de mes vernissages. Nous adaptons régulièrement nos pour inciter un public diversifié à pousser la porte de la galerie : le mercredi après-midi, les fins de journée, le dimanche matin pour les visiteurs du marché de la place du Concert ».  

Stéphane Bicocchi est  aussi le président de Lille Art Gallery, une association qui regroupe 23 galéristes régionaux.

Art to be gallery, 44, rue de Saint-André.

Nicolas Dixneuf, la Maison du piano

La boutique de la rue Colbert est l’une des trois enseignes lilloises vendant des pianos. Nicolas Dixneuf a racheté à son ancien patron cette maison fondée en 1978 qui attire une clientèle venue de toute la région. Sept personnes y travaillent, certains depuis la fondation du magasin. La boutique, qui travaille surtout le piano pour particuliers, est membre du réseau national « Les maîtres du piano », ce qui lui permet de connaître les évolutions du matériel, des modes de consommation.

« Les pratiques évoluent. Nous proposons de plus en plus de location avec option d’achat. Nous commercialisons à la fois des pianos acoustiques et numériques. Souvent les deux se complètent : l’acoustique pour le plaisir, le numérique pour le côté pratique, la possibilité de jouer le soir au casque pour ne pas embêter les voisins. Les clients sont à présent très renseignés, grâce à internet, avant de venir en magasin. L’équipe doit être au point pour savoir fournir les conseils qu’on ne trouve pas sur les forums du web ».

La Maison du piano, 83, rue Colbert.

Serge Assama, Notting Hill Coffee

Cette enseigne 100% lilloise qui a ouverte en 2002 rue Esquermoise compte aujourd’hui dix boutiques dans la métropole lilloise dont sept à Lille. Et Serge Assama ne compte pas s’arrêter là. Il vise l’ouverture d’autres cafés dans les villes majeures de la région.

Cet ancien athlète de l’ASPTT a voulu des lieux de vie et de convivialité où se côtoient toutes les générations autour d’un café, deuxième boisson la plus bue au monde. Son inspiration vient du carnaval londonien de Notting Hill avec son mélange de couleurs et de musiques dans un esprit bon enfant où chacun s’accepte.

« Rester soi-même avec la capacité de se mélanger aux autres, c’est un peu ça l’esprit des Notting Hill Coffee. »

www.nottinghill-coffee.com

En vidéo, découvrez la galerie d'art Art To Be Gallery :

Art To Be Gallery

Durée: 01:30

> Découvrez les trois autres commerçants honorés en vidéo



Lire aussi

Lille Métropole capitale mondiale du design en 2020 !Economie

 Samedi 14 octobre, à Turin, Lille Métropole a été officiellement désignée capitale mondiale du design en 2020. Pourquoi, comment ? Explications.

Ajouter à mes favoris Voir
TechShop, la bidouille pour tousEconomie

« Expérience », « audacieux ». Ces mots, Pascal Malfoy, directeur général délégué de Leroy Merlin France, les a prononcés juste avant l’ouverture...

Ajouter à mes favoris Voir
Etre jeune et entreprendreEmploi

L’association « Pour toi l’entrepreneur » rassemble des chefs d’entreprise qui partagent leurs expériences et accompagnent des jeunes, avec projet...

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer