Nouvel avis favorable pour Saint-Sauveur

Dans ses conclusions rendues le 25 mars 2019, le commissaire enquêteur émet un nouvel avis favorable au projet Saint-Sauveur. Suite à l’enquête publique complémentaire, qui s’est déroulée du 22 février au 8 mars, il émet un « avis favorable à la déclaration de projet valant mise en compatibilité du Plan local d’urbanisme pour l’aménagement de la ZAC Saint-Sauveur sur la commune de Lille ».

chantier St So Bazaar
Chantier Saint-So Bazaar

Partager sur :

Google+

L’intérêt général du projet confirmé

Dans la conclusion générale du rapport d’enquête de 41 pages, le commissaire enquêteur confirme et réaffirme que le projet Saint-Sauveur « mérite d’être déclaré d’intérêt général » (page 36). Il estime, notamment, que « l’aménagement de la friche Saint-Sauveur est indispensable […] » et que « la Ville ne peut accepter que perdure un no man’s land de cette taille en son centre » (page 34).
Il reconnaît le travail mené, notamment, à la mesure de l’impact du projet en termes de qualité de l’air et considère, au final, que « le projet présente des avantages escomptés […] supérieurs aux inconvénients qu’il génère » (page 36).

Plus précisément, le rapport souligne que « les compléments apportés par la MEL aux études sur la qualité de l’air concluent que les pollutions futures générées par le trafic automobile imputable au projet Saint-Sauveur n’entraînent pas de risque de dépassement des valeurs complémentaires » (page 18).

La qualité de l’air, un enjeu au-delà de Saint-Sauveur

Citant les travaux de l’observatoire Prev’Air, le rapport constate « qu’il existe une pollution de fond sur le territoire et que le problème a des causes exogènes » (page 19). Evoquant « l’enjeu [capital] de la qualité de l’air » dans « la concertation sur le Schéma directeur des infrastructures de transports », le commissaire enquêteur indique que « lorsque nous lions cet enjeu à Saint-Sauveur, l’objectif de ce nouvel écoquartier tient non pas à augmenter les taux observés mais plutôt à les réduire » (page 19).

Toujours sur la qualité de l’air, le rapport indique que « le projet Saint-Sauveur offre l’opportunité de réduire les émissions de pollutions car les personnes y habitant, y travaillant et s’y distrayant pourront le faire en empruntant les modes de déplacement les plus propres à leur disposition » (page 19). Il complète : « Faire un parc au détriment du logement sur la totalité de la zone disponible est une idée qui peut paraître séduisante, mais ce choix ne réglera en rien le niveau de pollution sur la métropole » (page 20).

En résumé, dans la synthèse de son avis relatif à la qualité de l’air, le commissaire enquêteur estime que le projet Saint-Sauveur « préserve de l’étalement urbain et présente un bon compromis entre les objectifs de développement et les impacts environnementaux » (page 21). Le commissaire enquêteur « privilégie donc le projet d’aménagement de la ZAC Saint-Sauveur dans sa forme présentée dans le dossier d’enquête, car il répond aux objectifs de densification dans les secteurs les mieux desservis de Lille par les transports en commun et qui offrent une utilisation facilitée des modes doux » (page 21). Il souligne enfin que le projet est « en lui-même équilibré mais a le handicap d’être localement situé dans une ville sujette à un niveau de pollution non négligeable contre lequel il faut lutter par le biais d’actions d’ampleur qui dépassent le cadre de cet aménagement » (page 21), appelant à des actions à d’autres échelles.

L’avis favorable est assorti d’une réserve et de 7 recommandations.

Une seule réserve : la piscine

Sur la piscine olympique, le rapport estime que « compte-tenu de la qualité de l’étude de justification du besoin, de l’attractivité de ce complexe pour les citoyens notamment les jeunes et les sportifs, des difficultés majeures tant sur le plan technique que financier pour réhabiliter la piscine Marx Dormoy […] cet aspect du projet d’aménagement de la ZAC [est] acceptable » (page 25). Toutefois, le commissaire enquêteur « manifeste cependant son inquiétude » quant aux pratiques sportives liées à la piscine dans l’environnement de Saint-Sauveur et souhaite être rassuré sur les conditions d’exercice de celles-ci via un regard expert.

Dans sa seule réserve, le commissaire enquêteur demande de solliciter l’Agence régionale de santé ou une expertise indépendante pour « vérifier que la localisation projetée pour la réalisation de la piscine, compte-tenu de la qualité de l’air à cet endroit, est, pour les futurs utilisateurs, compatible avec les modifications physiologiques à l’effort lors des activités sportives » (page 40).
Si cette dimension a bien sûr été mesurée dans l’élaboration du projet, il conviendra de répondre à cette demande.

Des recommandations au service du projet

Comme c’est le cas dans de nombreuses enquêtes publiques, des recommandations sont émises pour poursuivre dans le bon sens la mise en œuvre du projet (pages 40 et 41).

Les recommandations portent d’abord sur la concertation et l’information en continu dans la mise en œuvre des travaux d’aménagement. Elles concernent aussi la poursuite des mesures pour ne pas aggraver la qualité de l’air, pour éviter l’engorgement aux heures de pointe dans la zone du projet, pour vérifier les niveaux de bruit. Une recommandation porte sur l’optimisation du coût prévisionnel de la piscine. Enfin, le commissaire enquêteur demande de vérifier le besoin réel en termes d’infrastructures de bureaux dans le projet.

Le suivi de l’ensemble de ces recommandations s’inscrit, bien sûr, dans la déclinaison dans le temps du projet.

Au vu de la de la concertation qui va évidemment se poursuivre, et de l’information d’ores et déjà prévue, la prise en compte de celles-ci sera bien sûr intégrée. Par exemple, les recommandations 2 et 4 relatives à la qualité de l’air ou aux déplacements automobiles, qui s’adressent au Conseil métropolitain, vont trouver leur traduction dans la mise au point du Schéma directeur des infrastructures de transports (SDIT), en cours, et dans les objectifs assignés au futur Plan de déplacements urbains (PDU), qui doit être engagé.

Il faut noter ici que dans son rapport, le commissaire enquêteur craint « que l’augmentation du nombre de déplacements liés au projet [accentue] les mauvais résultats du PDU 2010-2020 […] et que des mesures doivent être prises pour éviter l’engorgement de la circulation automobile aux abords du quartier Saint-Sauveur et permettre sans entrave le développement des modes doux de déplacement » (page 39).

Il faut rappeler ici que les premières mesures engagées par la Ville de Lille (périphérique à 70 km/h, ville à 30 km/h, plan de circulation lillois) ont déjà des effets positifs. La place de la voiture se réduit et celle des piétons, des vélos et des transports en commun s’accroît. Les engagements du PDU sont donc tenus et même dépassés dans la Ville de Lille.

Les réponses aux recommandations sur le « coût prévisionnel important de la réalisation de la piscine olympique » et à son optimisation (page 41) méritent également d’être prises en compte, la Ville témoignant ici son attachement à ce projet métropolitain qui devra allier vocation de haut niveau et piscine pour tous.

À chaque étape, selon le principe d’action qui guide la démarche depuis plusieurs années, le projet pourra connaître des évolutions. Elles seront nourries par les futures étapes de concertation (concertation en continue), par la prise en compte des nouvelles dimensions économiques, sociales, culturelles, sportives et environnementales, par la mise au point des projets architecturaux et paysagers et par des tests d’usages (urbanisme transitoire, comme dans le cours Saint-So).

Les prochaines étapes

Ce nouvel avis favorable, dont la Ville de Lille prend acte, est une bonne nouvelle pour la poursuite du projet.

Il en conforte la programmation : des logements pour tous organisés en îlots nordiques, 8 ha d’espaces verts dont un nouveau parc protecteur de la biodiversité, un espace dédié à l’économie sociale et solidaire (le Saint-So Bazaar), une salle de sport, la piscine olympique métropolitaine, des espaces publics favorisant les mobilités douces, etc. En bref, un quartier du mélange, de l’échange, de l’intensité et de la créativité conçu dans une ambition bas carbone.

L’engagement d’une expertise indépendante pour mesurer les effets sur la santé des pratiques sportives dans la piscine olympique à Saint-Sauveur viendra, nous l’espérons, conforter la place de cet équipement inédit dans son environnement et lever la dernière réserve pour continuer le projet.



Lire aussi

Môm'Art : les enfants à l'oeuvreCulture

Du 15 mai au 7 juillet, découvrez, en peinture, sculpture, musique, danse ou encore photo, les "Eldorados" de nombreux enfants.

Voir
Noble tour
La Noble Tour en travauxTravaux / Projets urbains

Suite à l’effondrement d’une partie de la Noble Tour, des travaux sont en cours sur cet ancien bastion des remparts de Lille.

Voir
Ferme urbaine, Saint Sauveur
La Ferme urbaine revient à Saint SoNature/Environnement

Lille3000 propose au public un grand potager hors sol en plein cœur de ville. RDV du 27 avril au 3 novembre pour la saison 2019 !

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer