Nouvel espace au féminin

À Fives, un nouveau lieu de rencontres fait la part belle aux femmes. Créativité et mixité sociale et culturelle y règnent en toute convivialité.

Partager sur :

Google+

Ce lundi-là, Messaouda assure la permanence. Elle accueille Doriane qui pousse la porte du 83 de la rue Pierre Legrand, à Fives, pour la première fois. Elles s’adonnent au crochet tout en discutant. Quelques minutes après, Léa les rejoint. La jeune femme habite juste à côté de « Chez Djouheur », elle est venue par curiosité, s’y est sentie bien et monte un projet pour végétaliser la placette, visible des larges baies vitrées.

Créer pour s'exprimer

« Ce lieu est ouvert aux femmes de toutes origines qui ont envie de se rencontrer et de partager un moment autour de la couture, de la cuisine mais aussi du dessin, de l’écriture, de la lecture », raconte Ratiba Mokri, sa fondatrice. Elle-même clown, plasticienne, auteure et comédienne, elle joue sur la créativité pour que chacune s’exprime et se révèle, mais elle assure que « c’est avec les femmes du quartier que ce lieu va prendre vie et construire son identité ».Pour se lancer dans l'aventure, Ratiba a bénéficié du soutien de Fabienne Lorin, accompagnatrice de projets.

Colette, pressée, passe en coup de vent, mais précise qu’elle reviendra demain, séduite par la convivialité de l’endroit. Parler d’alimentation par la poésie, profiter de la relaxation, jardiner, s’intéresser à la philosophie, chanter…, les projets vont émerger progressivement. Et pour celles qui n’ont pas envie de participer à un atelier, il est aussi possible de se poser, tout simplement, le temps d’un café ou d’un thé.

Une place pour toutes

« J’habite Fives depuis 2010 et je me suis rendue compte que les femmes occupent peu, voire pas du tout, l’espace public », explique Ratiba. Alors, « Chez Djouheur » donne la part belle aux femmes mais il n’exclut pas les hommes pour autant. « Ils sont les bienvenus lors d’évènements ouverts au public, comme une expo, une conférence, une forme théâtrale », confirme Messaouda,

Bien sûr, c’est aussi l’occasion d’affirmer et de défendre le droit des femmes dans la société d’aujourd’hui, de susciter les échanges et les débats. « Je suis entrée ici, attirée par les toiles exposées aux fenêtres, j’y suis restée toute la journée », se souvient Messaouda. « Chacune met son grain de sel en toute convivialité, je redécouvre mon quartier, je trouve mon bonheur chez Djouheur » !

Par Valérie Pfahl

> Chez Djouheur, 83 rue Pierre Legrand.

Ça veut dire quoi Djouheur ?

Ratiba raconte : « c’est un prénom du Maghreb. Je le trouve beau et, dans sa sonorité, on y entend « joueur ». C’est aussi le prénom de ma mère qui m’a transmis toute ma force intérieure et ma volonté d’avancer dans la vie. Elle est à l’origine des dilemmes intérieurs qui m’ont construite dans cette double culture : algérienne et française. C’est en son hommage que j’invite toutes les mères, jeunes femmes, femmes à venir dans ce lieu pour jouer de la vie.

Fives : bienvenue Chez Djouheur !

Durée: 01:47


Lire aussi

Débat/Vidéo : "Empowerment et développement des capacités d'agir"Maison des associations

Dans le cadre de l'exposition "Portraits de bénévoles" de Médecin du Monde, venez échanger sur le pouvoir agir !

Voir
Une sixième finale pour le LUC Métropole Water-PoloSport

Les Lilloises font disputer leur sixième finale pour le titre de Champion de France de water-polo. Elles vont jouer contre Nice. Le match-retour a...

Voir
Plan canicule : cartographie des lieux fraisSanté

Dans le cadre de son Plan canicule, la Ville de Lille vous propose une cartographie recensant les lieux frais du territoire. 

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer