Objectif : 20 000 arbres

Lille renforce sa politique de plantation au cours de ce mandat municipal. Quels sont les enjeux de ces plantations ? Éléments de réponse.

Partager sur :

Google+

Dix degrés en moins. Une différence de température déjà constatée entre une façade ensoleillée et cette même façade ombragée. Chacun a sûrement pu l’observer : quand il y a des arbres, il fait plus frais. Grâce à l’ombre, bien sûr, mais pas seulement. La couverture végétale empêche la réverbération des rayons solaires et le stockage de la chaleur. En prélevant de l’eau dans le sol (jusqu’à 450 litres par jour lorsqu’il est mature) puis en la rejetant sous forme de vapeur, l’arbre fait également office de climatiseur naturel en été.

De nos jours, les arbres sont donc devenus des incontournables dans une logique de transition écologique et face au réchauffement climatique, véritable défi à l’échelle de la planète. Les températures estivales augmentent. Les vagues de chaleur sont de plus en plus fréquentes. Résultat : les villes sont de plus en plus concernées par le phénomène des îlots urbains de chaleur.

Les enjeux des arbres en ville sont aussi bien liés au bien-être dans le cadre urbain, qu’à l’équilibre dans le paysage, et à l’enrichissement de la biodiversité. Pas de doute non plus sur le fait que les arbres ont une incidence sur la qualité de l’air. Leur feuillage absorbe de nombreux polluants, notamment l’ozone et le dioxyde de souffre. Ils piègent les particules fines ensuite lessivées en temps de pluie et ils purifient l’air en produisant de l’oxygène.

Des jeunes et des vieux

« Durant cet hiver, 3 500 arbres ont pris racine à Lille, dont 2 000 dans les “micro-forêts” où les plantations se font de façon dense sur une surface restreinte », précise Vincent Marichal, responsable de la gestion du patrimoine arboré à la Ville de Lille. Et d’ajouter : « Elles permettent de gagner des écosystèmes diversifiés à l’échelle d’une forêt en miniature en seulement deux ou trois ans. »

Aujourd’hui, Lille compte 35 000 arbres, du jeune sujet planté lors d’un récent aménagement paysager, par exemple, à l’arbre remarquable vieux d’un siècle. La Ville plante dans le cadre de travaux de construction ou d’aménagement. Dans les écoles aussi, elle profite de la végétalisation des cours de récréation pour y planter des arbres. Elle continue d’enrichir les espaces verts et prend possession de rues, à la demande des riverains. Une volonté qui va dans le sens du projet européen dans lequel la Ville s’est engagée.

Aux côtés de neuf villes et trois universités belges, néerlandaises et britanniques, elle a rejoint « Nature Smart Cities », financé dans le cadre du programme européen Interreg des 2 Mers. Objectifs : renforcer, au cœur des quartiers, le maillage végétal, grâce aux arbres et aux façades végétalisées, et démontrer que les multiples bénéfices apportés dans la lutte contre le changement climatique en font une action économique rentable, favorable aussi à la santé ou encore au bien-être. C’est d’ailleurs prouvé scientifiquement ! Les arbres diminuent la tension artérielle, ralentissent le rythme cardiaque, améliorent le sommeil et apaisent l’anxiété.

Par Valérie Pfahl

>Lire la suite



Lire aussi

Les petits secrets… d’une faune préservéeNature/Environnement

Pour protéger et reconquérir la biodiversité, la Ville de Lille déploie des études et des aménagements depuis plus d'une quinzaine d'années. La pr...

Voir
Opération sauvetage d'un renardeauNature/Environnement

C’est une belle histoire comme on aimerait en raconter plus souvent. Des agents de la Ville ont sauvé un renardeau en inspectant une carrière sout...

Voir
Parcourir les espaces verts à vélo Loisirs

Et si vous profitiez des beaux jours pour parcourir les espaces verts à vélo ! Voici un parcours adapté aux cyclistes pour écouter, observer et vi...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer