Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Objectif zéro phyto

La Ville n’a pas attendu la loi « Labbé » (2014) interdisant l’usage des pesticides dans les jardins pour s’engager dans la démarche du « zéro phyto ». Elle bannit depuis 2008 l’usage de produits phytosanitaires pour désherber. Aujourd’hui, seuls les cimetières sont encore partiellement traités parce que dans ces espaces de recueillement, le public a une exigence plus forte.

Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Dans les parcs et les jardins, les traitements n’ont plus court. Ils bénéficient d’une gestion différenciée : des zones de fauche laissent à la flore le temps de s’épanouir et des arbres morts sont conservés pour nourrir et abriter insectes ou champignons. Le mulch (bois broyé en paillage) sert aussi de désherbant écologique. L’arrêt du ramassage des feuilles mortes dans les espaces verts empêche les adventices (espèces indésirables) de germer.
Ces changements de pratiques demandent aussi une évolution des mentalités. Les Lillois s’habituent progressivement à des espaces verts plus « rustiques » où tout n’est pas ordonné. Ce coup de pouce à la nature favorise la biodiversité et évite aux molécules chimiques, nuisibles à la santé humaine, de se retrouver dans les nappes phréatiques.

Sur l’espace public, la binette, la débroussailleuse et la rasette à main ont remplacé les pulvérisateurs. Les désherbages doivent de ce fait être plus fréquents puisque les racines ne sont pas détruites. Si la Ville désherbe les caniveaux et les trottoirs, le citoyen a, quant à lui, le devoir de s’occuper des herbes folles en limite de propriété comme le bas de murs, qu’il soit propriétaire ou occupant du logement. Et de préférence sans utiliser de produits chimiques…

Le saviez-vous ?

>En mars, la Ville a signé la charte régionale d’entretien des espaces verts, proposée par l’Agence de l’eau et le Conseil régional, qui engage les collectivités dans un processus de sortie des pesticides. Elle officialise ainsi des pratiques lancées en 2008.

>Pour les cimetières de l’Est et du Sud, la Ville tend vers le zéro phyto privilégiant les allées engazonnées plutôt que le schiste, la plantation des entre-tombes et la création de mares et de prairies fleuries.

>L’utilisation des produits phytosanitaires sera interdite depuis le 1er janvier 2017 dans les espaces publics et à partir de 2019 dans les jardins des particuliers.

>Mauvaises herbes ? Ces plantes indésirables ou adventices sont nécessaires aux insectes qui sont friands de parasites. Elles attirent les oiseaux comme le chardonneret élégant, reconnaissable à son masque rouge.



Lire aussi

Un composteur collectif à la Maison des associationsNature

Pour vous permettre de valoriser vos biodéchets plutôt que de les jeter à la poubelle, un composteur collectif vient d’être installé à la Maison d...

Ajouter à mes favoris Voir
Faites du miel !Nature

Pour favoriser l’apiculture en milieu urbain, la Ville de Lille propose des cours d’apiculture au rucher école situé au Jardin des plantes.

Ajouter à mes favoris Voir
Fuligule morillon ©Ken Billington
Le fuligule morillon

Retrouvez ci-dessous la fiche du fuligule morillon, pour en apprendre plus sur cette espèce.

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer