Se défendre même sans kimono !

L’association Contrepoing enseigne aux femmes des techniques pour prévenir les agressions verbales et physiques et y répondre si besoin.

Partager sur :

Google+

C’est l’histoire d’une championne de karaté qui a été agressée et n’a pas réussi à se défendre. Raison : ses émotions ont pris le dessus. Se défendre, pour une femme, ce n’est donc pas qu’une histoire de pratique sportive ou de techniques d’arts martiaux.

« Avec l’auto-défense féministe, je partage différents outils pour prévenir les agressions verbales et physiques avant qu’elles n’arrivent », remarque Robine Anders, formatrice, « mais si la situation dégénère quand même, les femmes peuvent être en capacité de réagir et d’y mettre fin ». Cette méthode prend en compte quatre aspects : physique, verbal, émotionnel et mental.

La jeune femme, récemment installée à Lille, y a créé son association, « Contrepoing », au printemps 2021. Les stages qu’elle propose et anime permettent de poser les limites, de (re)donner confiance sur sa capacité à agir, de briser les stéréotypes ou encore d’apprendre des gestes simples et efficaces pour se défendre physiquement.

Garder l’effet de surprise

Lors d’un stage, le groupe, composé de six personnes minimum pour que « l’expérience collective soit intéressante », se retrouve durant deux jours, « dans la solidarité et le respect des vécus et des ressentis de chacune ». Pas question d’en savoir plus sur les façons de poser ses limiter ou les gestes à pratiquer, « confidentiels pour être efficaces ».

Et Robine d’expliquer : « dans notre société, on ne s’attend pas à ce qu’une femme se défende physiquement, ce qui permet à l’effet de surprise de jouer en notre faveur ».

Robine a été formée en Belgique par l’association Garance, où elle continue parfois à intervenir. « Contrepoing » donne aussi des ateliers et des stages d’autodéfense féministe dans toute la région et commence à travailler avec des partenaires lillois, dont la municipalité. 

L’actualité les amène à collaborer dans le cadre du 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Deux ateliers auront lieu les mardi 7 et jeudi 9 décembre.

Par Valérie Pfahl

. De 14h à 17h, salle Raymond Herbaux, 49 Rue Saint-Gabriel. Entrée gratuite (passe sanitaire et port du masque obligatoires) sur inscription atelierautodefense@mairie-lille.fr
Places limitées à 12 personnes par atelier.



Lire aussi

Le budget participatif a son jury citoyen !Citoyenneté

Les membres du jury citoyen pour le budget participatif ont été tirés au sort jeudi 9 décembre. Mission : choisir entre 70 et 80 projets parmi plu...

Voir
Recensement 2022 à LilleAdministration

La campagne du recensement de la population se déroule du jeudi 20 janvier au samedi 26 février 2022.

Voir
C'est la saison des plantations !Nature/Environnement

À Lille, les opérations de planta­tions se multiplient. Objectif : 20 000 arbres en plus sur la période 2020-2026.

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer