Un jour avec l'écologue municipal

La Ville a été la première de France à se doter d’un écologue voilà plus de dix ans. Avec passion, Yohan Tison se met en quatre pour favoriser la biodiversité, la protéger et la valoriser.

Yohan Tison, écologue de la Ville de Lille depuis plus de 10 ans. Photo Dan. R.
Yohan Tison, écologue de la Ville de Lille depuis plus de 10 ans. Photo Dan. R.

Partager sur :

Google+

8h

Yohan part faire le tour de quelques-unes des mares créées en ville lors de l'hiver 2017/2018. Il recense celles où une flore et des animaux intéressants sont réapparus, pour les faire découvrir au jury du concours « capitale française de la biodiversité ». Une soixantaine de mares ont vu le jour à Lille ces dix dernières années.

9h

Rendez-vous avec quelques collègues de la direction des parcs et jardins. À l’ordre du jour : la préparation de panneaux pédagogiques, puis un point avec les jardiniers, « sur quelques troncs de bois mort à conserver pour abriter une espèce de coléoptère patrimoniale, l'Aromie musquée », précise Yohan. Pour tout aménagement urbain ou espace vert en projet, il est consulté. Ce travail d’équipe a pour objectif de ne pas détruire des espèces déjà présentes et d’aménager le site en fonction des potentialités écologiques.

10h45

Même si ce passionné arpente plus volontiers le terrain que les couloirs de son service, il n’échappe pas au travail de bureau ! C’est l’heure de rédiger une note pour créer une prairie fleurie dans le parc JB Lebas. « Il s’agit d’attirer les abeilles et les papillons actuellement sur le site Saint-Sauveur avant qu’il ne soit en travaux », raconte-t-il.

11h30

Yohan retrouve son collègue Vincent Marichal, responsable de la gestion des arbres pour la Ville. Ils préparent ensemble la prochaine grosse campagne de plantation. Les deux collègues croisent plusieurs critères pour choisir les espèces qui viendront boiser différents secteurs lillois. « Par exemple, le noisetier sera préféré pour son bel effet paysager et ses fruits dont raffolent les pics épeiches et les mulots , explique l’écologue. Et pourquoi pas le saule, qui présente l’intérêt de nourrir quelque 500 espèces d’insectes, « dont certaines rares et menacées » !

Yohan Tison, écologue de la Ville de Lille depuis plus de 10 ans. Photo Dan. R.                                                                                                                                                                         

12h30

Coup de fil pour confirmer une prochaine intervention au Ministère de l’environnement, à Paris. Yohan y présentera divers aménagements réalisés pour intégrer la biodiversité dans le patrimoine architectural. Par sa voix, la Ville de Lille porte son expertise en la matière.

14h

Aujourd’hui, au parc urbain de Lomme, les libellules de la mare n’échapperont à l’œil aiguisé du spécialiste ! L’écologue a également pour mission de réaliser des inventaires et le suivi de plusieurs espèces, comme les amphibiens, les papillons, les chauves-souris... « Ce diagnostic scientifique très rigoureux nous donne des informations sur le réchauffement climatique mondial mais aussi sur la qualité de notre environnement en ville », affirme-t-il. L’inventaire est réalisé avec des membres de l’association partenaire Les Blongios, guide en main pour différencier les nombreuses espèces de libellules, et leurs presque semblables, les demoiselles.

Yohan Tison, écologue de la Ville de Lille depuis plus de 10 ans. Photo Dan. R.

15h45

L’écologue peaufine quelques recommandations liées au dispositif LUCIOLE (Lumière citadine optimisée pour l’environnement) pour lequel la Ville a reçu un financement de l’Europe. Il explique : « cet éclairage public dernière génération aide à préserver la biodiversité. Ses sources limitent fortement la pollution lumineuse et préservent ainsi l’habitat naturel des chauves-souris et papillons de nuit ». La qualité des déplacements et la sécurité des usagers s’en trouvent aussi améliorées.

16h30

Programmation, avec des étudiants bénévoles, d’une prochaine opération de plantations de « vieilles » graines ! « Sous les remblais, nous retrouvons des graines qui peuvent se conserver plus d’un siècle ; lorsqu’elles sont remontées à la surface, nous pouvons tenter leur réintroduction », remarque-t-il. Le Jonc subnobuleux par exemple, espèce protégée qui avait totalement disparu de la Vallée de la Deûle, s’y épanouit à nouveau.

17h

Rendez-vous avec l’architecte des bâtiments de France afin de prévoir des aménagements pour les chouettes, faucons pèlerin et quelques autres espèces sur l’église Saint-Maurice des Champs.

18h

Petit détour par la roselière, zone humide où poussent les roseaux, afin de vérifier si la sécheresse du mois d’août n’a pas fait trop de dégâts et s’il faut ou pas ouvrir les vannes. Yohan aperçoit alors une rousserolle effarvatte, un oiseau menacé de disparition qui a besoin de ce milieu pour nicher. La journée se termine bien pour l’écologue municipal !

Par Valérie Pfahl

NB : article paru dans le Lille Mag d'octobre 2018.



Lire aussi

CME action propreté à Vauban-Esquermes
World Clean Up Day avec le CMENature/Environnement

Rejoignez les membres du conseil municipal d’enfants et partez à la chasse aux déchets pour la "World clean up day" !

Voir
Le World Clean Up Day à LillePropreté

Le 21 septembre prochain aura lieu le World CleanUp Day, la Journée mondiale du nettoyage de notre planète. Pour savoir comment y participer, c'es...

Voir
Jardin de la filature
Un nouveau jardin à HellemmesCitoyenneté

Le jardin de la Filature a fait partie des 18 projets retenus dans le cadre du premier budget participatif de la Ville de Lille. L'écrin de verdur...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer