Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Une journée dans les halles de Wazemmes

Bâtiment emblématique du quartier, les halles couvertes abritent un marché alimentaire. Vingt six commerçants indépendants font vivre les lieux et misent sur la fraîcheur et la qualité de leurs produits.
 « Une journée à » vous invite à découvrir le temps d'une journée un lieu incontournable de la vie lilloise. Immergez-vous dans l'univers riche des Halles de Wazemmes !

Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+
  • Au Petit Poissonnier
  • Epicerie équitable
  • Fleuriste
  • Marché couvert de Wazemmes
  • Primeurs
  • Démonstration culinaire
  • Démonstration culinaire
  • Démonstration culinaire

6h
Jean-Pierre Foret, poissonnier, est le premier à entrer dans les halles. Chaque jour, c’est le même rituel. Il décharge son camion remplit de la pêche du jour et met ses machines à glace en route : 1,5 tonne est fabriquée pour son étalage.
Jean-Pierre revient de Boulogne-sur-Mer où il a acheté « en flottant », directement sur le bateau. « J’achète ensuite ce qui me manque aux enchères à la criée. Je vends ainsi des poissons ultra frais et à un prix raisonnable puisqu’il n’y a pas d’intermédiaire.» Sur son stand « Au petit poissonnier », il y en a pour tous les budgets, du flet comme de la sole.
Avec Mathieu de « La bonne pêche », le second poissonnier des halles, Jean-Pierre travaille en bonne intelligence. « On s’envoie des clients quand un poisson vient à manquer sur nos étals. Mes concurrents ne sont pas ici mais à l’extérieur, dans la grande distribution. »

6h45
Petit à petit, les 26 commerçants des halles s’installent. Kevin de « La maison du fruit » et Yvon des « Marchés des campagnes lilloises », deux commerçants en fruits et légumes rivalisent d’imagination pour donner envie de croquer leurs étals. « Je m’éclate ! », note Yvon, ancien poissonnier reconverti. « Je joue avec la forme des produits et leurs couleurs. » Il privilégie le circuit court en vendant les récoltes de saison des producteurs locaux. Connu de tous, Anthony, placier, fait son premier tour de la journée. Sa mission : s’assurer qu’aucun incident technique empêche le bon fonctionnement des lieux.

8h
Les premiers clients arrivent. Etre commerçant sous les halles, c’est une autre façon de vendre. Il y a les habitués, comme Julie qui achète sa viande depuis 20 ans à la boucherie « Deblock » et préfère quand c’est le patron qui la sert.
Il y a aussi ceux qui ne sont pas acquis dès la porte franchie, comme dans une boutique traditionnelle. « Il faut aller les conquérir. Pour cela, les halles ont dû évoluer et s’adapter en se démarquant par la qualité et la fraîcheur des produits à des prix qui restent accessibles », remarque Sébastien Deblock, boucher et membre du comité de suivi des halles. Composé d’élus municipaux, de représentants des commerçants et des Chambres des métiers et du commerce, le comité étudie chaque nouvelle candidature de commerçant pour diversifier encore et renforcer la qualité que le client vient chercher.

12h30
Il y a du monde dans les allées. Des clients habitent le quartier, d’autres travaillent à Lille et profitent de faire leurs courses pendant la pause déjeuner. Le week-end, la clientèle est métropolitaine. Les halles attirent aussi les touristes étrangers, avec le marché extérieur attenant, les mardis, jeudis et dimanches.

13h30
Gérard a terminé ses courses au pôle bio : fruits et légumes, viande, pain. Il trouve de tout et apprécie particulièrement la convivialité des lieux et le contact avec les commerçants. Il en profite pour commander un café « suspendu » à l’épicerie solidaire. « Ça vient de Naples. Je paie deux cafés, j’en consomme un et l’autre est disponible pour une personne que je ne connais pas. C’est délicat de donner de l’argent à quelqu’un, tandis qu’un café… »

16h
A quelques mètres de là, Annie de la « Boucherie Jean-Claude » est la plus ancienne commerçante du marché. « J’ai commencé à 14 ans. Jamais je n’aurais cru passer plus de 50 ans ici ! » Elle et son mari ont laissé la place à leur fils, Damien. « Je viens aider en fin de semaine quand il y a plus de travail. Mais ce n’est pas facile de se couper du contact avec les clients. J’ai connu certains d’entre eux dans leur poussette quand ils étaient enfants et aujourd’hui, ils sont eux-mêmes parents ! »

20h
Les derniers clients apprécient de trouver les halles ouvertes après leur travail. L’ouverture non stop jusque 20h est un défi que les commerçants ont décidé de relever ensemble. Une évolution nécessaire pour ces indépendants face à une demande de la clientèle qui évolue.

Par Sabine Duez

Nouveaux horaires
Depuis le 6 septembre, les horaires d’ouverture des halles ont changé. Les commerçants accueillent la clientèle de 8h à 20h du mardi au samedi et le dimanche de 8h à 15h (fermeture le lundi toute la journée).
Chaque 1er samedi du mois à 15h, avec l’association des Disciples d’Escoffier, des chefs du Nord « cuisinent les halles ». Prochains rendez-vous 5 novembre, 3 et 24 décembre.
>En savoir plus

Pour les gourmands, découvrez deux recettes à tester et proposées par Mickael Braure (restaurant l'Infini) et Jean-Louis Duchène (restaurant Le goût du jour) :

To download

To download



Lire aussi

Accueil des nouveaux habitants 2017Mairie

Vous venez d’emménager ou avez changé de quartier à Lille ? Le lundi 27 novembre à 18h, (re)découvrez la ville et tous ses services à l'hôtel de v...

Ajouter à mes favoris Voir
Loyers des professionnels : Martine Aubry écrit au Premier MinistreEconomie

Dans le cadre de la réforme des valeurs locatives, Mme Martine Aubry, maire de Lille, a adressé le mardi 1er août, une lettre à M. Edouard Philipp...

Ajouter à mes favoris Voir
Le 31 rue de Béthune aura fière allure. © Stereograph
Après les Galeries, vive le 31 !Economie

Un projet commercial remplacera les Galeries Lafayette rue de Béthune. Ouverture annoncée à l’automne 2019.

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer