11 janvier 1916 : explosion des Dix-Huits Ponts

Ce fût l’une des catastrophes civiles majeures de Lille. L’explosion de la poudrière des Dix-Huit ponts souffla tout le quartier de Moulins, causant la mort de 104 civils et 30 soldats allemands. Un événement commémoré les 10 et 11 janvier derniers.

Lille en ruines après l’explosion des 18-Ponts.
Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Des blocs de pierre projetés à deux kilomètres, un déluge de ferrailles chauffées, de morceaux de murailles et de munitions non explosées. Ce mardi 11 janvier 1916, le journaliste Eugène Martin-Mamy raconte le spectacle de désolation à mesure qu’il s’approche du bastion des Dix-Huit Ponts. À 3h30 du matin, dans le calme d’une nuit sous couvre-feu allemand, une lueur jaune suivie d’une effroyable détona¬tion a soufflé l’ouvrage militaire et toutes les rues avoisinantes du quartier de Moulins. « Là où se dressait la veille la masse des Dix-Huit Ponts, il n’y avait plus qu’un trou béant de 40 mètres de profondeur sur 150 mètres de long, un vrai cratère de volcan », écrit un autre journaliste, Jules Duthil.

L’explosion, qui détruisit des vitraux et vitres jusqu’à Roubaix, anéantit le quartier, causant la mort de 104 civils et 30 soldats allemands. Des lignées entières s’éteignirent cette nuit-là, les principales victimes, en cette période de guerre, furent des femmes et des enfants.

Dans un ouvrage récent et préfacé par l’his¬torien Yves Le Maner, le journaliste Alain Cadet revient sur l’évènement et passe en revue ses causes, jamais clairement établies. Construit en 1870 suite à l’agrandissement de la Ville 12 ans plus tôt, le bas¬tion des Dix-Huit Ponts tirait son nom de sa façade, constituée de 18 arches de plein cintre. À l’intérieur, des casemates et des pièces destinées à défendre les nouveaux remparts. L’ouvrage fut bâti au niveau de l’actuel boulevard de Belfort, entre les portes de Douai et de Valenciennes.

L’armée allemande prit possession de Lille le 12 octobre, alors que le front se stabilisait 15 kilomètres plus loin. Les 3 788 m2 de sur¬face de stockage des Dix-Huit Ponts, protégés par un épais moellon de terre, accueillirent les nouvelles armes chimiques allemandes. Pour Alain Cadet, autres exemples à l’appui, qui provoqua une auto-inflammation.

Une catastrophe oubliée

La catastrophe des Dix-Huit Ponts laissa 1 400 familles sans abri et 6 000 personnes au chômage, suite à la destruction de 21 usines. « Cet événement effroyable eut un aspect positif : l’essor du quartier avec la reconstruction d’usines plus modernes, grâce aux dommages de guerre », conclut Jean-Pierre Van Godtsenhoven. Il préside le Groupe mémoire de Lille-Moulins, qui a réalisé en 2004 une grande exposition sur le sujet.

Le bastion ne fut pas reconstruit après guerre et les murailles furent démantelées. Dans les années 1950, les HLM du secteur Belfort vinrent recouvrir définitivement le cratère des Dix-Huit Ponts. Le temps a passé, de nouveaux habitants sont arrivés. Malgré l’érection d’un monument commémoratif en 1929, Moulins et ses habitants ont gardé peu de traces de l’événement. C’est ce qui a suscité l’intérêt de Jean-Pierre Van Godtsenhoven : « Quand j’organisais des visites du quartier, les habitants demandaient à voir la rivière qu’enjambaient les Dix-Huit Ponts ! »

Recherche de descendants

Le Groupe mémoire de Moulins prépare pour les prochaines Journées du patrimoine une nouvelle exposition sur le secteur des Dix-Huit Ponts. Il recherche à cet effet des descendants de familles touchées par la catastrophe. Ils peuvent contacter Jean-Pierre Van Godtsenhoven au 06 82 16 42 56 ou par mail moulinsg@yahoo.fr

Deux commémorations : les 10 et 11 janvier

Le dimanche 10 janvier, une cérémonie de commémoration des cents ans a eu lieu, en présence de Martine Aubry, au monument des Dix-Huit Ponts, rue de Maubeuge.

Le Groupe mémoire de Lille-Moulins a présenté le même jour à la salle Courmont (215, rue d’Arras) une exposition déjà réalisée sur le sujet. Des élèves de CM2 de l’école Launay, construite sur le site des Dix-Huit Ponts, ont aussi exposé  leurs travaux sur le sujet.

Le 11 janvier, cent ans jour pour jour après la catastrophe, une seconde cérémonie a été organisée au cimetière du Sud, dans le carré où sont inhumées la majorité des victimes.



Lire aussi

Photo de Leonie
Moi, Léonie, témoin de la Grande Guerre

Léonie Delannoy est une jeune Fivoise qui travaille dans un café. Elle nous raconte sur Facebook sa vie quotidienne à Lille sous l'occupation mili...

Ajouter à mes favoris Voir
Photo de la Grand place pendant la premiere guerre mondiale a Lille
100 ans après, la grande mobilisation pour commémorer la Grande Guerre

Il y a un peu plus de 100 ans, le 1er août 1914, à 16 heures, toutes les cloches de France sonnent le tocsin. Le président de la République frança...

Ajouter à mes favoris Voir
Photo des archives minicipales de Lille
Les ressources

Des ressources pour mieux comprendre le conflit !

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer