Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Marie, chargée de coopération à Saint-Louis

À 27 ans, Marie revient tout juste de Saint-Louis du Sénégal, ville jumelée avec Lille depuis 1978. Après deux ans en tant que volontaire de solidarité internationale pour la Ville de Lille, elle nous parle de son expérience.

Marie nous parle de son expérience en tant que chargée de coopération à Saint-Louis
Marie nous parle de son expérience en tant que chargée de coopération à Saint-Louis
Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Pourquoi avoir opté pour un tel dispositif ?

Deux principales raisons ont motivé ce choix. Premièrement, au vu de mon parcours et de mes engagements, réaliser des missions d’intérêt général me tenait particulièrement à cœur.  

Et puis, il y a la zone de coopération. J’avais envie d’une expérience à l’étranger et Saint-Louis - par ses enjeux, son territoire et sa coopération avec la Ville de Lille - a vivement suscité mon intérêt.

Comment avez-vous eu connaissance de l’offre de mission ? Comment avez-vous postulé ?

J’ai eu connaissance de l’offre par les réseaux internationaux de la Mairie et des réseaux associatifs, qui sont assez vivants sur le territoire. 

C’est un contrat porté par la Ville de Lille et France Volontaires. France Volontaires est une structure nationale qui envoie des jeunes à l’international. Dans un premier temps, il faut postuler auprès d'eux. À la réception des candidatures, ces derniers les étudient et envoient une sélection à la Ville de Lille.
Par la suite, on passe un premier entretien avec la Ville de Lille puis un autre avec la France Volontaires.

En fait, la Ville nous suit pour les missions et tâches, tandis que France Volontaires nous accompagne et nous suit pour l’aspect administratif, financier ainsi que le cadrage.

Quel est votre parcours ?

Après une formation en communication et journalisme à Lannion en Bretagne, je suis arrivée à Lille où j’ai suivi une formation à Infocom (Lille 3). C’est à partir de là que ma spécialisation dans les collectivités et la communication publique a commencé. Enfin, j’ai finalement réalisé une deuxième année de master en démocratie participative et concertation locale à Lille 2.

J’ai également eu plusieurs expériences à l’étranger dont une première mission avec le programme Leonardo en post bac. En étant à Lille j’étais particulièrement active dans le tissu associatif des relations internationales.

Quelles étaient vos missions ?

J’étais chargée de coopération à  Saint-Louis. Il s’agit de suivre et de coordonner des projets qui ont lieu et qui se déroulent entre les deux villes. Aujourd’hui c’est principalement des projets qui tournent autour de l’éclairage public, de la diffusion du bio gaz.

Ensuite, il y a un ensemble de structures associatives qui œuvrent à Lille et à Saint-Louis et il s’agit de suivre et de coordonner les projets. C’est avant tout s’assurer qu’ils se déroulent dans les délais impartis.

Il y a besoin d’un relai à Saint-Louis pour qu’au niveau relationnel, technique et politique, les projets soient bien ancrés dans les stratégies et planning de la commune.

Le fait de partir, ça m’a ouvert des portes sur le monde. Marie, 27 ans


Comment résumeriez-vous cette expérience ?

D’une richesse inouïe et sur plusieurs échelles : familiales, professionnelles, etc.

Le fait de partir, ça m’a ouvert des portes sur le monde. Et puis, comprendre d’autres problématiques, d’autres enjeux culturels, administratifs, politiques - dans le cadre du boulot – a eu un impact énorme sur moi, sur mon parcours, ma vision du monde.

Mais aussi, ça a eu un impact sur mes relations familiales, amicales et sociales finalement. Ҫa contribue à beaucoup de choses et notamment à l’ouverture d’esprit.

Et maintenant ?

Un peu moins exotique que le Sénégal ! (rire

Retour à Lille et plus précisément à la Mairie pour être chargée de missions aux relations internationales. Ma mission a débouché sur un emploi. C’est vraiment chouette car il y a un réel suivi de la Ville de Lille et la place de l’humain est assez importante. On prend en compte le parcours de la personne et du jeune.

 Plus d'informations sur la mobilité internationale


Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer