US-Mexico Border : dépasser les frontières

Trois mille kilomètres de frontière séparent les États-Unis et le Mexique. Une ligne qui fait régulièrement parler d’elle depuis l’élection de Donald Trump, résolu à concrétiser l’une de ses promesses de campagne : ériger un mur entre le pays qu’il préside et son voisin. Pour cette exposition proposée à la maison Folie Wazemmes, la frontière est explorée comme une réalité physique, un sujet d’imagination ou un lieu de tous les possibles.

US-Mexico Border - Maison Folie Wazemmes. Photo A. G.
US-Mexico Border - Maison Folie Wazemmes. Photo A. G.

Partager sur :

Google+

US-Mexico Border, maison Folie Wazemmes (vidéo)

Durée: 01:06

Ils sont designers, sculpteurs, peintres, photographes, ou architectes et viennent des deux côtés de cette démarcation américano-mexicaine. Chacun, à sa manière, interroge les notions de frontière, inscrite dans la géographie de la mémoire mais aussi espace de transit et de migration.

Trois questions à Ana Elena Mallet

Commissaire d’exposition indépendante, basée à Mexico, spécialisée en design moderne et contemporain.

Comment est née cette exposition ?

Lowery Sims, conservatrice émérite au Musée des arts et du design à New York, et moi-même avons organisé cette exposition pour le Craft and Folk Art Museum de Los Angeles. C’était en 2017 pour un événement, promu par le Getty Institute, appelé « Pacific Standard Times : LA/LA » (Latino, Latinoaméricain, Los Angeles). J’ai retravaillé une nouvelle version de l’exposition qui sera présentée à Lille avec de nouveaux artistes et de nouvelles oeuvres, mettant à jour le sujet de la frontière.

Qu’apporte le mélange de différents genres artistiques ?

Je pense que l’art n’est pas seulement un médium. Vous ne pouvez pas parler d’un sujet culturel important et de ses conséquences en ne montrant que le travail de plasticiens. Il faut avoir des professions et des médiums différents pour pouvoir exprimer la complexité du sujet et la variété des professionnels qui l’abordent.

Le nouveau contexte politique aux États-Unis donne-t-il un nouveau sens à l’exposition ?

Oui. Nous avons commencé à travailler avant Trump parce que Lowery et moimême avions toujours été intéressées par le sujet de la frontière et nous avions toutes deux travaillé sur des projets le concernant. Une fois que Trump a été élu, l’exposition est devenue plus significative car c’est un thème qui est toujours d’actualité. Je pense que des expositions comme celle-ci apportent un nouvel éclairage sur ces thèmes difficiles. Pour le Mexique et les États-Unis, le sujet de la frontière est toujours présent, avec ou sans Trump. La notion de « frontière » fait partie de notre essence et de notre vie de tous les jours.



Lire aussi

Museum of the moon, lune monumentale à Lille Flandres. Photo Dan. R.
Lille a rendez-vous avec la luneLoisirs

Du 19 au 21 juillet, prenez part à un week-end Eldorado pour fêter les 50 ans du premier pas sur la Lune.

Voir
L'installation Mémoire d'Arbre prendra ses quartiers à Saint-Maurice Pellevoisin.
Eldorado : les jardins se dévoilentLoisirs

Dans le cadre d'Eldorado lille3000, le projet « Jardins » est réalisé en partenariat avec le label « Art&Jardins - Hauts-de-France », qui orga...

Voir
Les Tlacolulokos à l'oeuvre à la maison Folie Moulins. Avril 2019. Photo A. G.
Les murs aux couleurs d'EldoradoCulture

Lille n'a pas attendu la parade d'ouverture d'Eldorado pour se parer de couleurs latino-américaines. Et ce n’est qu’un début !

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer