Des psys en mairie de quartier

Consulter un psy, cela peut être aussi simple que de pousser la porte de la mairie de quartier.

Partager sur :

Google+

Consulter un psy, cela peut être aussi simple que de pousser la porte de la mairie de quartier. C’est le souhait du service santé du CCAS avec le dispositif Espace Écoute Santé.

Ce lundi matin, à Lille-Sud, la psychologue Isis Denoyelle reçoit individuellement dans son bureau en mairie des hommes et des femmes de tous âges en détresse psychique. « Peur de mourir, sentiment de solitude, violences conjugales, addictions…, les sujets évoqués sont nombreux et la Covid a clairement aggravé la situation », explique cette professionnelle de santé. Ces consultations, expérimentées en 2017 dans quatre quartiers et généralisées depuis, sont financées dans le cadre du contrat de ville (lire ci-contre). « Nos travailleurs sociaux avaient détecté le mal-être d’habitants qui n’osaient pas franchir le seuil d’un centre médico-psychologique ou qui n’avaient pas les moyens de consulter un psychologue libéral », résume Carole Malaquin, coordinatrice des Pôles Ressources Santé. Ici, les rendez-vous sont rapides et gratuits.

Ce sont les travailleurs sociaux et les référentes des Pôles Ressources Santé qui repèrent les habitants. Selon leur situation, ils ou elles suivent quelques séances ou sont réorienté(e)s vers d’autres dispositifs, pour un suivi au long cours. « Nous avons noué des partenariats avec des centres de santé locaux, pour que le patient bénéficie d’une prise en charge globale et s’inscrive dans un véritable parcours de santé », poursuit Carole Malaquin. 276 personnes ont été accompagnées en 2020, une année qui a vu aussi le doublement des permanences à Lille-Sud et leur triplement à Lille-Moulins. Carole Malaquin précise : « Même confinées, les psychologues ont maintenu le lien, avec des consultations téléphoniques. » 

Contrat de ville 2021 : priorité à l’emploi et à la santé

C’est une délibération de 450 pages, recensant pas moins de 260 projets, qui a été votée au conseil municipal du 5 février. Elle recense la programmation 2021 du contrat de ville à Lille et Hellemmes, « un instrument de justice et de cohésion sociale, de développement aussi des quartiers de la ville », rappelle Arnaud Deslandes, adjoint en charge de la Solidarité et de la Cohésion des territoires. La programmation 2021 reprend trois orientations définies lors du précédent mandat, à savoir le développement durable, le lien social, la lutte contre l’isolement et l’appropriation des espaces publics par les habitants.

Deux nouvelles thématiques ont été ajoutées pour répondre aux enjeux liés à la crise sanitaire : l’activité économique et l’emploi pour les jeunes, ainsi que la prévention des risques sanitaires. La contribution de la Ville au financement de ces actions portées par 153 associations s’élève à 2,4 M€ pour Lille et Hellemmes. L’État a été sollicité à hauteur de 2 026 876 € et la Région Hauts-de-France à hauteur de 449 129 €.



Lire aussi

Envies de bien-être

L’Institut Pasteur de Lille et la Ville travaillent main dans main pour proposer à certains habitants d'améliorer leur bien-être physique, mental...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer