Connectés mais toujours humains

Les centres sociaux, déjà engagés pour l'accès au numérique pour tous, on testé ses usages « grandeur nature » durant la crise sanitaire et notamment le confinement.

Partager sur :

Google+

Garder le lien : un leitmotiv pour tous les centres sociaux durant la crise sanitaire liée à la Covid-19. Dans le cadre d’un bilan réalisé en août dernier, les fédérations des centres sociaux Nord-Pasde-Calais ont fait le constat suivant : « Dès les premiers jours du confinement, les centres sociaux, malgré la fermeture au public (…), ont maintenu pour 90 % d’entre eux le lien aux habitants, notamment auprès des plus vulnérables.

Ils ont pu s’appuyer sur le numérique pour développer les solidarités de proximité. » « Cela a dû passer par l’équipement en matériel et le développement de la capacité à utiliser le numérique », remarque Khalid Berkani, directeur du centre social Lazare Garreau. Et Jean-Philippe Vanzeveren, son homologue au centre social L’Arbrisseau, d’ajouter : « Le premier confinement a mis en exergue certaines difficultés, comme le faible nombre d’appareils au sein d’un même foyer.

Comment faire quand plusieurs enfants ont besoin d’un ordinateur en même temps pour suivre les cours dispensés par l’école ? » Avec l’association Emmaüs Connect, ces deux centres sociaux ainsi que ceux du Projet, situé au Faubourg de Béthune, et du Chemin rouge, à cheval sur Lille-Sud et Fâches Thumesnil, ont pu repérer et doter de nombreuses familles de PC, smartphones, tablettes et connections. Maintenant ou rétablissant le contact avec leurs usagers de tous âges.

Des salariés très mobilisés

Seulement trois jours après le début du premier confinement, les équipes des centres sociaux ont lancé la plateforme « Mon centre social à la maison ». Ateliers et tutoriels ont été mis en ligne pour cuisiner, faire du sport, se cultiver, s’amuser… Nombreuses ont été les familles à plébisciter les vidéos d’activités parents-enfants. « Nos animateurs ont également eu à cœur de proposer un accompagnement à la scolarité pour les enfants les plus en difficulté, ajoute Khalid Berkani, tout comme ils prenaient régulièrement des nouvelles des seniors pour lesquels ils ont même créé un groupe WhatsApp. » Mais le directeur rappelle aussi que tout ne passe pas par le numérique.

Un partenariat a été mis en place avec les collèges, par exemple, pour aller à la rencontre des élèves qui avaient « disparu des radars ». Des permanences téléphoniques ont toujours été maintenues pour avoir « une personne à qui parler ». « Nous sommes des structures de proximité et certaines de nos familles sont en grande précarité, l’accès au numérique est incontournable et essentiel mais il ne doit pas remplacer le lien », rappelle Jean-Philippe Vanzeveren.

Ces quatre centres sociaux du croissant sud de Lille, subventionnés par la Ville, ont été rapidement opérationnels dès le premier confinement. Preuve qu’ils ont pu tirer profit de leurs expériences de « centres sociaux connectés*, déjà engagés dans la lutte contre les inégalités numériques, un projet soutenu financièrement par le Feder (Fonds européen de développement régional), l’État, le Département et la Caf.

Par Valérie Pfahl

(*) Avec trois centres sociaux de Tourcoing et un de Roubaix.



Lire aussi

Faites vos démarches en ligneAdministration

Besoin d'un acte de naissance, de commander un Pass Lille&moi ou encore de réserver une salle ? Rendez-vous sur mesdemarches.lille.fr

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer