Ouvrez l’oeil !

Quand Lille part à la reconquête d'espèces rares et protégées, voici le résultat dans le Parc de la Citadelle. Un inventaire non exhaustif.

nymphe
Nymphe à corps de feu

Partager sur :

Google+
  • Grâce aux mares, des espèces de libellules réapparaissent, comme la petite Nymphe à corps de feu ou la Naïade aux yeux rouges. C’est aussi la preuve que la qualité de l’eau s’améliore.
  • Deux espèces d’abeilles, de la Salicaire et de la Lysimaque, menacées de disparition, sont de plus en plus nombreuses à se régaler dans les fleurs très colorées de la « communauté de plantes à Reine des prés et Cirse maraîcher ». Elles ont remplacé une grande partie des orties le long de la voie des Combattants.
  • Conserver le bois mort et les arbres à cavité permet la réapparition d’espèces d’oiseaux et de chauve-souris protégées. Certaines ont même été aperçues pour la première fois à la Citadelle, comme la Pipistrelle pygmée. Ou encore la Noctule de Leisler, la plus grande chauve-souris qui vit à Lille.
  • Également à observer, plusieurs couples nicheurs de martins-pêcheurs et les hirondelles de rivage qui viennent chasser dans le parc lillois. Quelques éperviers aussi survolent les lieux, attirés par les passereaux de plus en plus nombreux. La plantation de saules porte ses fruits.
  • Des graines qui peuvent se conserver plus d’un siècle, sous l’eau et sans oxygène, ont été retrouvées et réintroduites. C’est ainsi que le Jonc subnoduleux, espèce qui avait totalement disparu de la Vallée de la Deûle, et aujourd’hui protégée, s’y épanouit à nouveau. Sept espèces de plantes protégées, jusqu’alors effacées du paysage, ont pu être récupérées.
  • De petits nouveaux sont arrivés, symboles d’une qualité écologique en progression, comme le lézard des murailles qui se reproduit bien dans une zone des remparts ou le renard qui s’adapte à un contexte plus urbain.
  • À la belle saison (donc en ce moment), vous pouvez croiser chèvres et moutons accompagnés de leurs berger et bergère. Le pastoralisme permet d’éviter les engins motorisés et de favoriser la biodiversité en maintenant des hauteurs variées de végétation.

Par Valérie Pfahl


Lire aussi

À Lille, la saison des plantations se poursuitNature/Environnement

Avec à ce jour 34 343 arbres répartis sur 730 sites, la ville de Lille entend poursuivre la pérennisation et le développement de son patrimoine ar...

Voir
Jardin BernosNature/Environnement

Le jardin Bernos sort de terre et ça promet !

Voir
Une catiche est une carrière souterraine d'exploitation de craie
Pollution, inondation... rappel sur les risques majeursNature/Environnement

Une nouvelle édition de la plaquette du DICRIM (Document d'Information communal sur les Risques Majeurs) vient de sortir. Elle vous rappelle les r...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer