Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Maison des aidants : Christine témoigne

En plus d’être un couple, Christine et Jean-Pierre, confrontés à la maladie, se sont retrouvés en tandem « aidant-aidé ». Pour se reposer, s’informer, se détendre ou encore échanger, ils ont trouvé la Maison des Aidants.

Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

« Ensemble, on essaie de faire du mieux qu’on peut ». Christine l’affirme en plantant un regard complice dans celui de son mari. Jean-Pierre cligne des yeux pour approuver. Mariés depuis 35 ans, ils ont  appris, voilà deux ans, que monsieur était atteint d’un syndrome parkinsonien oculo pharyngé. À la perte d’autonomie progressive s’ajoutent des troubles de la vision et du pharynx. Aujourd’hui, Jean-Pierre ne parle presque plus

Besoin de répit

Après les interrogations et l’acceptation de la maladie, « nous avons voulu organiser notre vie pour qu’elle soit le plus vivable possible », raconte Christine, 58 ans.  Elle avait vu un reportage télévisé sur la Maison des Aidants et s’est rapidement tournée vers cette plateforme d’accompagnement et de répit.

« Toute l’équipe est à notre écoute. Elle nous met des petits tuteurs sur notre route pour que l’on puisse s’appuyer si l’on veut. Les aidants n’ont pas tous besoin de la même chose mais, à un moment, il faut admettre, décharger le trop plein, puis cheminer tranquillement dans l’accompagnement de son conjoint ou de son parent ».

La quinquagénaire assiste à des réunions d’information très utiles en matière sociale ou juridique. Elle peut rencontrer la psychologue en privé ou en participant au groupe de paroles. Elle ajoute : « la Maison des Aidants nous permet de nous reposer avec des gens à qui on n’a pas besoin d’expliquer ou de justifier. Nous avons les mêmes préoccupations même si nos histoires sont uniques. Ici, on a le droit de poser son sac et de pleurer un coup ».

Des activités pour tous

On a le droit de rire aussi car les sorties, dans des lieux culturels ou au restaurant, se font dans la bonne humeur ! Christine rejoint également la séance de yoga, un « apaisement nécessaire », chaque mercredi après-midi. Pendant ce temps, Jean-Pierre joue brillamment au tarot avec quelques amis fidèles qui le retrouvent chez lui. À la Maison des Aidants, des assistantes de soins spécialisées peuvent aussi accueillir les aidés pour des activités ludiques pendant que les aidants font une pause avec une activité rien que pour eux. Et parfois, encore, des ateliers sont mis en place pour les aidants et les aidés, comme celui de chant auquel Christine et Jean-Pierre ont un temps participé.

Toujours en cherchant l’œil approbateur de son mari, Christine précise : «il faut prendre les mains que l’on vous tend pour ne pas s’oublier soi-même. Quand on est aidant, on doit être le moteur de tout. Il faut accepter de recevoir aussi un peu sinon on s’épuise ».

Par Valérie Pfahl

Maison des Aidants Métropole Lille, 146 ter Bd Victor Hugo (appartement 23)  à Lille, 0320425082, http://www.maisondesaidantsmetropolelrt.fr/ La plupart des activités sont gratuites.



Lire aussi

Nouveau salon de thé à LilleSolidarité

« Chez ma tante » a ouvert ses portes dans une résidence seniors avec, au service, des personnes en situation de handicap.

Ajouter à mes favoris Voir
Une Semaine bleue bien chargée !Seniors

À Lille, la Semaine bleue dure... trois semaines ! Retrouvez tous les rendez-vous proposés du 4 au 28 octobre.

Ajouter à mes favoris Voir
Une pièce de théâtre traite la maladie d'Alzheimer de manière décalée.
Alzheimer aux oubliettesLoisirs

Le 20 octobre au théâtre Sébastopol, découvrez la pièce La mémoire aux oubliettes. On y évoque la maladie avec humour et tendresse.

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer