Créer un compte

Créez votre compte et recevez toute l’actualité qui vous ressemble.


Energie : La Ville chasse le gaspi

Dès 2004, la Ville a mis en place un plan d'action pour économiser l'énergie. Et les résultats sont là ! 

Panneaux solaires
Ajouter à mes favoris

Partager sur :

Google+

Des travaux d’amélioration sont effectués dans certains bâtiments municipaux pour faire des économies d’énergie. « Un diagnostic des 350 bâtiments municipaux a été réalisé et des travaux sont programmés chaque année », explique Damien Baleux, responsable du service Énergie à la Ville. Sa mission est de suivre les consommations des bâtiments et de préconiser des travaux pour en réduire la facture.

La Ville isole ses bâtiments par l’extérieur quand c’est possible et remplace les chaudières énergivores par celles à condensation, des pompes à chaleur ou de la biomasse. Une quinzaine de toitures ont été équipées de panneaux photovoltaïques et l’électricité verte alimente désormais 100 % des bâtiments municipaux.

La politique énergétique de la Ville a démarré en 2004 avec l’objectif des 3 x 20* à atteindre en 2020. Suite à la convention de la ratification des maires pour le climat et l’énergie, et à l’adoption de son Plan climat, une véritable stratégie pour contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique s’est donc mise en place.

Et les résultats sont là ! Depuis 2004, la consommation d’énergie a été diminuée de 19 % (soit 20 M€ d’économies réalisées) alors que 15 bâtiments nouveaux sont sortis de terre.

L’usager : un allié

L’usager a un impact non négligeable sur la consommation d’énergie d’un bâtiment. Il représente à lui seul 7 % des économies réalisées. Il y a deux ans, le dispositif « correspondants énergie » a été mis en place. « Ces agents volontaires sont amenés à faire évoluer leur comportement et ceux de leurs collègues. Des experts en énergie les accompagnent pour faire baisser les consommations des bâtiments dans lesquels ils travaillent », continue Damien Baleux.

Il poursuit : « Ce n’est pas parce qu’un bâtiment est ancien et donc énergivore qu’il faut laisser dériver les consommations. Une porte et une fenêtre qui ferment mal, un robinet qui fuit seront signalés pour être réparés. » Ces bonnes pratiques ont représenté 200 000 euros économisés en 2017.

Et demain ?

Si l’ensemble des mesures mises en place a permis d’atteindre l’objectif des 3 x 20, aujourd’hui, l’ambition de la Ville est d’aller encore plus loin. Avec la nouvelle convention des maires pour le climat et l’énergie, l’objectif est, d’ici à 2030, de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2004. « Pour y arriver, il faut continuer à travailler en parallèle sur l’isolation des bâtiments, sur leurs équipements, sur la sobriété des usagers mais aussi augmenter la part de l’approvisionnement en énergie verte, c’est-à-dire d’origine renouvelable, comme le photovoltaïque ou la géothermie. »

Par Sabine Duez

* 3 x 20 : réduction des consommations énergétiques de 20 % ; des émissions de gaz à effet de serre de 20 % et 20 % des consommations énergétiques provenant des énergies renouvelables.


Lire aussi

5000 arbres plantés d’ici 2020 à LilleNature

Du 27 novembre au 1er décembre, Lille invite les habitants à planter des arbres avec les jardiniers municipaux, occasion de faire le point sur la...

Ajouter à mes favoris Voir
Lille bouge pour le climat !Nature

Dans un contexte d’urgence climatique et sociale, de graves dégradations à notre environnement, et d’effondrement de la biodiversité, que personne...

Ajouter à mes favoris Voir
Lille, ses partenaires et le climatCitoyenneté

À l’occasion de l’anniversaire de plusieurs de ses coopérations internationales, Lille a proposé une table ronde sur le climat. L’occasion d’échan...

Ajouter à mes favoris Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer