Portraits de commerçants

Rencontre avec Amélie Fabretti et Nicolas Pourcheresse, des commerçants qui donnent vie au Vieux-Lille, entre poissons et tabliers d'école. 

Partager sur :

Google+

"C'est trop trop bien !"

Amélie Fabretti fabrique des tabliers d’écoliers à partir de vieilles chemises pour homme. En 2018, quand elle crée « Trop trop bien », le pari est audacieux. « Je partais de zéro, sur un marché de niche, en plus en upcycling ! », se confie la cheffe d’entreprise. L’upcycling, c’est faire du recyclage par le haut en donnant au produit une valeur ajoutée. C’est à la naissance de son premier fils qu’Amélie s’interroge sur sa consommation et son impact sur l’environnement. Dans ses placards dormaient des chemises de son mari dont certaines élimées au col et aux poignets ne pouvaient plus être portées. « Quand mon fils est entré à l’école, il lui fallait des blouses. J’ai utilisé une chemise pour lui en fabriquer une. C’est comme ça que tout a commencé. »

À l’upcycling, une autre valeur forte est associée, celle de la solidarité puisque les blouses, des modèles uniques et confortables, sont assemblées dans deux ateliers d’insertion. Parce qu’il n’est pas évident de récupérer la matière première, Amélie recherche des écoles partenaires pour déposer des « machines à surcycler » pour collecter vieilles chemises et linge de maison. Un moyen de sensibiliser parents et enfants à comment faire du neuf avec du vieux.

fabretti

>  troptropbien.com : commandes en ligne et possibilité de les récupérer dans l’atelier du Vieux Lille.

Un Poisson Roux d'un nouveau genre 

La Côte d’Opale n’est pas bien loin. Et les poissonneries ne foisonnent pas à Lille. Deux constats grâce auxquels Nicolas Pourcheresse a mijoté un nouveau concept : Le Poisson Roux. Il y propose poissons, coquillages et crustacés, selon les arrivages du jour, mais également une gamme de plats de la mer prêts à l’emploi. Et depuis le 7 juin, ce lieu inédit se transforme aussi en bar à poissons le soir. Originaire du Jura, formé chez Alain Passard et George Blanc, ce chef cuisinier étoilé a bien l’intention de continuer à sublimer les produits maraîchers.

Mais « la mer m’appelle, j’y ai répondu », résume-t-il. À la tête de plusieurs restaurants, il voit dans Le Poisson Roux une « nouvelle occasion de privilégier les produits locaux et donc les circuits-courts, valorisant ici les savoir-faire des pêcheurs ». Il a d’ailleurs choisi de travailler avec des patrons adeptes d’une pêche raisonnée et artisanale du côté de Boulogne-Sur-Mer. Seul capitaine à bord de cette adresse ouverte le 1er avril dernier, Nicolas Pourcheresse s’attache à régaler des saveurs diversifiées de notre terroir maritime. Prochaine étape déjà dans un coin de tête : créer une coopérative de la mer avec d’autres chef·fes lillois·es…

pourcheresse

>  Le Poisson Roux, 112 rue Saint André, lepoissonroux.fr



Lire aussi

Vieux Lille : des travaux qui vont vite !Projets urbains

La transformation de la place du Lion d’Or et de ses abords avance plus vite qu’initialement prévue. Les nouvelles échéances du chantier ont été r...

Voir
Reprise des travaux de requalification des rues du Vieux-LilleProjets urbains

Les travaux de requalification des rues du Vieux-Lille, plus précisément les places du Lion d’Or et des Patiniers, les rues des Arts, Saint-Jacqu...

Voir

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer