L'anguille européenne

Poisson à la forme de serpent, l’anguille d'Europe passe la plus grande partie de sa vie en eau douce, mais c'est une grande voyageuse. Elle se reproduit en effet toujours dans un seul et même endroit, après un voyage de plusieurs milliers de kilomètres, la Mer des Sargasses.

Partager sur :

Google+

Un parcours bien particulier

L'anguille d'Europe naît au printemps dans la mer des Sargasses, quelque part entre les Antilles et les Bermudes. Elle traverse ensuite l’océan Atlantique en 200 jours au cours desquels elle se transforme en civelle. La civelle gagne alors les eaux douces d’Europe (cours d’eau, lacs, marais…) au mois d’octobre où elle termine son développement. La femelle atteint sa maturité sexuelle à 12 ans le mâle l’atteint à 9 ans.

L’anguille adulte fuit la lumière. Elle se déplace continuellement sur sa zone de chasse et dévore toutes sortes d’espèces animales comme des gardons, des vers de terre, des insectes. Elle fait appel pour cela davantage à son odorat qu'à sa vue. Elle respire par ses branchies mais également par la peau, ce qui lui permet parfois de sortir de l’eau en rampant dans l’herbe pour changer de cours d’eau.

Après quelques années de vie en eau douce, l’anguille se métamorphose en anguille argentée et retourne vers la Mer des Sargasses pour se reproduire. Les anguilles vivent sur leur réserve de graisse et font le voyage en 6 mois, parfois un an. Le mystère de sa migration pour la reproduction n'a toujours pas été complètement percé.

Une espèce menacée

Autrefois extrêmement abondante dans les cours d’eau et les zones humides de la région où elle était très pêchée, l’anguille européenne est aujourd'hui en danger critique d'extinction. La pêche des civelles, la pollution, les barrages, l'introduction d'un parasite venu d'Asie en sont les principales causes. Sa pêche est aujourd'hui interdite. 

A Lille, la restauration des zones humides, le reprofilage et la végétalisation des berges de la Deûle, la facilitation du passage de la Deûle aux Fossés de la Citadelle sont autant d'actions qui contribuent à sa préservation. La création de plusieurs passes à anguilles a par exemple permis de supprimer des obstacles à leur déplacement. Ces actions rétablissent les corridors biologiques dont ont tant besoin les anguilles pour s’installer sur des zones de chasse et se déplacer avant d'entreprendre leur grand périple.

Enfin, la restauration de la trame noire qui fournit l'obscurité nécessaire aux animaux nocturnes, l'amélioration de la qualité des eaux et des sédiments vont également dans le sens de sa préservation.

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer