Le triton alpestre

D'alpestre  il n'a que le nom, car il est naturellement présent au plat pays.

Partager sur :

Google+

Comme tous les tritons, le triton alpestre ne gagne l'eau que pour pondre au printemps. Il part alors à la recherche de mares et de fossés dépourvus de poissons, colonisés si possible par les plantes aquatiques pour dissimuler ses œufs pondus un à un (sinon, les feuilles automnales font très bien l'affaire). Le mâle, vivement coloré, exécute une danse de séduction et féconde la femelle, si celle-ci veut bien le suivre.

Passée la saison de reproduction, les adultes retrouvent la terre ferme. La journée (et l'hiver), ils vivent cachés sous des pierres, des tas de bois, dans le creux d’arbres morts, dans les anfractuosités rocheuses. Quand vient la nuit, ils sortent pour chasser cloportes et autres limaces. Les larves sont des reproductions miniatures des adultes.

Pourquoi s'y intéresser ?

Le groupe des amphibiens est l'un des groupes les plus menacés au niveau mondial et la présence de nombreuses espèces indique un environnement de qualité. De plus, les actions de préservation du triton profitent par ricochet à bon nombre d'autres espèces (autres amphibiens, libellules, etc.). 

Les routes et de manière générale l’absence de continuité écologique de son milieu de vie (haies, mares, étangs, fossés, canaux, ornières, …) participent à la raréfaction du triton alpestre. Il est donc protégé, ce qui signifie que sa détention, son transport, sa destruction y compris des lieux de reproduction sont interdits.

Comment contribuer à sa préservation ?

La Ville de Lille suit de près les populations de ces animaux depuis de nombreuses années. L’objectif est de vérifier que la création de réseaux de mares, le reprofilage de berges, l’installation de tas de bois, permettent bien une augmentation du nombre d'individus. C'est le cas car les effectifs de tritons alpestres sont aujourd'hui très florissants. L'espèce a même colonisé les mares de différents quartiers lillois ! La Ville de Lille contribue également à leur préservation en apportant des conseils lors de la préparation des chantiers de construction et de réhabilitation à proximité de la Deûle.

Avec un peu de chance, vous pourrez vous aussi accueillir des tritons ou des salamandres chez vous, une mare d'un mètre carré suffit. Il vous suffit de la végétaliser, de garantir l’absence de poissons et de canards et d'un peu de patience. Alors, à vos bêches !

Partager la page via les réseaux sociaux :

Fermer